Facebook veut lancer sa propre monnaie numérique, la libra

SAN FRANCISCO — Facebook est déjà au centre des communications quotidiennes de plus de deux milliards de personnes à travers le monde. Le réseau social veut maintenant avoir sa propre monnaie.

Facebook a dévoilé mardi un plan ambitieux visant à créer une nouvelle monnaie numérique, similaire au Bitcoin, pouvant être utilisée à travers le monde.

Le réseau social s’est entendu avec plusieurs partenaires dans cette opération, tels que PayPal, Uber, Spotify, Visa et MasterCard.

Certains s’inquiètent toutefois des risques que cette monnaie pourrait présenter pour la vie privée des utilisateurs. Facebook fait déjà l’objet d’une enquête fédérale aux États-Unis concernant ses pratiques en matière de confidentialité.

La future monnaie numérique, appelée la libra, devrait être lancée d’ici 6 à 12 mois. Facebook dirigera l’élaboration du système de la monnaie et la conception de la technologie sous-jacente, tandis que ses partenaires aideront à financer, à construire et à gouverner le système. Facebook espère mobiliser jusqu’à 1 milliard $ US auprès de ses partenaires actuels et futurs pour soutenir cette initiative.

Les responsables de l’entreprise ont souligné que la libra serait un moyen d’envoyer de l’argent par-delà les frontières sans devoir payer des frais importants, tels que ceux exigés par Western Union et d’autres services internationaux de transfert d’argent. La libra pourrait également ouvrir la porte du commerce en ligne à un grand nombre de personnes dans le monde qui n’ont ni compte bancaire, ni carte de crédit.

«Dans un certain nombre d’années, les consommateurs du monde entier auront la possibilité d’accéder à l’économie mondiale», a affirmé David Marcus, un dirigeant de Facebook, dans une entrevue avec l’agence Associated Press.

Facebook pourrait également utiliser sa propre devise pour inciter davantage de personnes à effectuer des achats à partir des annonces publiées sur ses plateformes.

L’appui de sociétés bien établies pourrait également faire de la libra la première cryptomonnaie à pouvoir réellement concurrencer le Bitcoin.

Facebook affirme que la libra sera différente, en partie parce que sa valeur sera indexée sur un panier de monnaies établies telles que le dollar américain, l’euro, le yen et d’autres. Chaque achat de libra serait soutenu par un fonds de réserve de valeur égale, constitué de monnaies réelles, afin de stabiliser la valeur de la monnaie de Facebook.

Le réseau social n’exploitera pas directement sa nouvelle monnaie; la société et ses partenaires ont formé une association à but non lucratif appelée Libra Association, dont le siège est à Genève, qui supervisera la nouvelle monnaie et son utilisation. Ce groupe sera réglementé par les autorités financières suisses, a précisé Facebook.

Les commentaires sont fermés.
Les plus populaires