Faciliter l’accès à la psychothérapie pour prévenir le suicide, dit un psychiatre

MONTRÉAL — Les services de psychothérapie devraient être facilement accessibles à l’ensemble de la population et non seulement aux personnes bénéficiant d’une assurance privée, milite un médecin psychiatre. 

Le Dr Alain D. Lesage a remis sur la table l’idée d’un accès équitable à la psychothérapie parmi ses recommandations présentées, mercredi, à l’enquête publique du Bureau du coroner sur la thématique du suicide. 

«Quand l’assurance médicaments a été créée, ceux qui n’étaient pas assurés sont devenus assurés. Mais on n’a pas créé deux types de pharmacies; une pour les pauvres et une pour les gens riches», a-t-il illustré devant la coroner Me Julie-Kim Godin, au palais de justice de Trois-Rivières. 

En octobre dernier, dans une lettre ouverte publiée dans «Le Devoir», il soutenait que «seulement la moitié des hommes québécois peuvent rapidement et à moindre coût avoir accès à la thérapie en ayant recours à leurs programmes d’aide aux employés ou à leurs assurances privées». 

Les citoyens non assurés doivent plutôt «patienter dans la très longue file d’attente offerte par le régime public», mentionnait le professeur titulaire au Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal. 

«Dans notre société, c’est inéquitable», a déploré le Dr Lesage, mercredi, aux volets recommandations et représentations de l’enquête de la coroner. 

«Ne pourrait-on pas faire différemment? Est-ce qu’on ne peut pas tout simplement assurer auprès des grandes firmes, de la même façon qu’on a fait pour les médicaments?», a-t-il questionné. 

Le Dr Lesage a donné en exemple le Manitoba et l’Ontario qui ont offert durant la pandémie des programmes de psychothérapie à distance gérés par le privé aux gens sans assurance. 

En réponse à sa suggestion, un haut responsable du ministère de la Santé et des services sociaux (MSSS) a spécifié que Québec avait annoncé le déploiement d’une stratégie d’accélération et d’intégration de la santé mentale numérique. Celle-ci vise à favoriser l’accès aux soins et aux services en santé mentale en augmentant le nombre d’outils numériques, comme des applications mobiles ou en ligne. 

Le directeur national des services de santé mentale et de psychiatrie légale du MSSS, Dr Pierre Bleau, a mentionné l’arrivée prochaine d’un programme d’accompagnement «Retrouver son entrain», par lequel les participants font l’acquisition de compétences «via un schéma de thérapie cognitive comportementale».  

Des enquêtes approfondies

Le Dr Lesage a aussi réitéré sa proposition auprès du MSSS et du ministère de la Sécurité publique d’effectuer des audits systématiques sur le suicide. Cette approche vise à approfondir et analyser 100 décès par suicide tirés au hasard parmi les quelque 1000 cas qui surviennent en moyenne chaque année au Québec. 

L’exercice serait assuré par un panel incluant des représentants des familles endeuillées et un psychologue ou un travailleur social. Un questionnaire serait aussi envoyé aux médecins traitants et aux familles. 

L’objectif de réaliser de telles enquêtes approfondies est de voir les améliorations possibles dans la qualité des services offerts pour prévenir ce type de drame et faire ensuite des recommandations. Une pratique qui a été mise à l’essai sur le territoire du CIUSSS de l’Est-de-l’île-de-Montréal, a souligné le Dr Lesage. 

Si la coroner Me Godin conserve cette proposition dans son rapport final, le MSSS pourrait se pencher sur la façon de mettre en place cette avenue, a indiqué le Dr Bleau. 

L’idée d’avoir un «outil» uniforme pour évaluer le risque suicidaire a aussi fait l’objet de discussions. Plusieurs moyens existent pour en mesurer le degré, mais ils ne remplacent pas le jugement clinique, selon le Dr Bleau. 

Une évaluation standardisée devrait «démontrer son efficacité» à reconnaître «les faux positifs et les faux négatifs». «Je n’en ai pas vu des outils comme ça», a-t-il fait valoir. 

L’enquête de la coroner sur la thématique du suicide couvre les décès de Mikhaël Ryan, Joceline Lamothe, Suzie Aubé, Jean-François Lussier, Marc Boudreau et Dave Murray.

Les audiences sur les volets recommandations et représentations, qui viendront alimenter la réflexion de Me Godin sur des solutions pour prévenir le suicide, doivent prendre fin cette semaine.

Si vous êtes en détresse et cherchez à obtenir de l’aide, plusieurs ressources sont disponibles:

– Tel-Jeunes: https://www.teljeunes.com/Accueil

– Suicide Action Montréal: 1 866 277-3553

– www.suicide.ca

―――

Cet article a été produit avec le soutien financier des Bourses Meta et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.