Faible risque de propagation de la tuberculose bovine dans l’Ouest canadien

EDMONTON – L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a annoncé vendredi qu’elle attendrait à l’automne pour tenter de cerner la source d’une infection de turberculose bovine.

En raison du faible risque de propagation de la maladie, l’ACIA concentrera ses efforts sur l’exploitation agricole touchée, a indiqué son vétérinaire en chef, Harpeet Kochhar.

Les six bêtes infectées provenaient d’une même exploitation, située en Alberta.

Quelque 10 000 animaux ont été abattus dans le cadre de cette enquête. Leurs éleveurs ont touché 11,2 millions $ en guise de dédommagement.

Sept fermes de Saskatchewan et 51 d’Alberta demeurent sous quarantaine et, ce, depuis le mois d’octobre dans certains cas.

Les producteurs affectés pourront bientôt désinfecter leurs installations et procéder au repeuplement des troupeaux, a précisé le docteur Kochhar.