Fairfax songerait acheter le chemin de fer de Churchill, selon Ottawa

OTTAWA — Le gouvernement fédéral affirme qu’une société de portefeuille basée à Toronto songe à devenir un nouveau partenaire dans le cadre d’un accord potentiel pour le rachat du chemin de fer brisé qui mène à Churchill dans le nord du Manitoba.

Le ministre des Ressources naturelles, Jim Carr, a déclaré que Fairfax Financial Holdings Inc. avait manifesté de l’intérêt pour la voie ferrée de la baie d’Hudson, le port de Churchill et d’autres actifs connexes.

M. Carr a affirmé que Fairfax envisage de s’associer à Missinippi Rail et One North pour acquérir le chemin de fer détenu par Omnitrax.

Des inondations majeures ont endommagé la voie ferrée au printemps dernier, interrompant la seule liaison terrestre de Churchill, une ville de 900 habitants située sur la côte ouest de la baie d’Hudson.

La situation nuit à l’industrie touristique de la région et fait grimper le prix de la nourriture et du carburant.

Le ministre Carr estime que l’intérêt de Fairfax représente une étape importante vers une bonne solution pour les résidents de Churchill.

«Ce pas en avant est susceptible de mener à un arrangement bénéficiant du soutien des Premières Nations et des collectivités du nord du Manitoba», a-t-il déclaré jeudi dans un communiqué

«Cela déboucherait sur une approche commerciale durable se traduisant par une ligne ferroviaire sécuritaire et fiable.»

Le président de Fairfax, Paul Rivett, a déclaré que l’entreprise était optimiste. Il a ajouté que le corridor ferroviaire de Churchill et le port de Churchill sont d’importantes d’infrastructure pour les collectivités du Nord et l’économie canadienne.

«Une association avec les Premières Nations et les collectivités représente le bon modèle dans le cas de cet investissement», a-t-il déclaré dans un communiqué.

«Nous possédons une expérience approfondie en matière de projets d’infrastructure ainsi que l’expertise opérationnelle nécessaire pour exploiter des chemins de fer de courtes lignes en partenariat avec nos entités émettrices telles que AGT Foods. Du point de vue des affaires, il est indispensable que le plan soit viable et rentable à long terme.»

Les commentaires du ministre Carr surviennent seulement quelques jours après qu’Ottawa ait intenté une poursuite contre l’entreprise américaine Omnitrax.

La poursuite allègue qu’Omnitrax n’a pas réparé et entretenu le chemin de fer en violation d’un accord de 2008 en vertu duquel la compagnie a reçu 18,8 millions $ du gouvernement fédéral pour l’entretien et la modernisation. La poursuite demande le remboursement des sommes.

Omnitrax a annoncé son intention de déposer une plainte contre le gouvernement fédéral en vertu de l’Accord de libre-échange nord-américain.

L’entreprise a estimé que la décision du gouvernement fédéral de mettre fin au monopole de la Commission canadienne du blé sur le grain de l’Ouest en 2012 a considérablement réduit le nombre de cargaisons de grain par la voie ferrée et par le port de Churchill.