Fausse infirmière: le CIUSSS de Saguenay porte plainte à la police

L’imposteure qui s’est fait passer pour une infirmière durant 20 ans au Saguenay est désormais dans l’oeil de la police.

Le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean confirme avoir porté plainte contre la dame auprès des policiers de Saguenay.

L’organisme refuse toutefois de donner quelque précision que ce soit sur la nature de la plainte. Le CIUSSS précise qu’il est toujours à faire le suivi dans ce dossier.

La dame s’expose déjà à de lourdes sanctions pénales; elle a fait l’objet d’un signalement par le CIUSSS auprès du syndic de l’Ordre des infirmières et une enquête est en cours de ce côté.

La directrice des communications de l’Ordre, Colette Ouellet, a rappelé que, si les faits sont avérés après enquête, le syndic déposera une plainte pénale d’exercice illégal de la profession d’infirmière et d’usurpation de titre.

Le Code des professions prévoit, dans de tels cas, une amende minimale de 2500 $ et d’au plus 62 500 $.

Cette invraisemblable affaire a été mise au jour le 31 mai dernier, environ deux semaines après que la fausse infirmière eut été démasquée et congédiée.

Selon les informations obtenues jusqu’ici, l’imposture avait été rendue possible par l’utilisation du numéro du permis d’exercice d’une autre infirmière qui portait le même nom que la dame en question et d’un faux diplôme d’études en soins infirmiers.

Elle avait été démasquée en s’inscrivant à une formation; un responsable du CIUSSS s’était alors rendu compte que le numéro de permis était associé à une infirmière dont l’âge ne correspondait pas au sien.

Cette infirmière sans permis d’exercice avait malgré tout oeuvré dans plusieurs départements de l’hôpital de Jonquière, notamment celui de la chirurgie. Et elle y avait berné tout le monde.

Son cas a par ailleurs fait réaliser au CIUSSS qu’il y avait une faille dans son système informatique: celui-ci ne permettait pas de déceler les doublons dans les numéros de permis, un problème corrigé depuis.