FE: Valérie Plante ignore le montant de la pénalité pour résilier le contrat

MONTRÉAL — Combien coûtera la décision de résilier le contrat avec la Formule E et qui paiera la pénalité? Ce sont les principales questions auxquelles la mairesse de Montréal, Valérie Plante, n’a pu répondre, lundi.

Interrogée à maintes reprises à savoir si elle connaissait le montant de ces pénalités prévues au contrat, qui devrait s’établir à quelques dizaines de millions de dollars, Mme Plante s’est bornée à dire «non». Toutefois, a-t-elle mentionné, même sans connaître celui-ci, il était plus avantageux pour l’administration municipale de couper court à l’événement plutôt que de le maintenir en vie.

«En ce moment, nous savons que ça coûterait entre 30 et 35 millions $ pour organiser la course cette année, et probablement autour de 20 millions $ pour 2019, a-t-elle ajouté. Donc, si on additionne les chiffres, nous faisons le calcul qu’il est préférable d’annuler l’événement.»

Le chef de l’Opposition officielle à l’Hôtel de ville, Lionel Perez, a accueilli favorablement la décision de Mme Plante, bien qu’il y ait apporté un bémol.

«Dans un contexte où ces chiffres-là s’avèrent véridiques, on pense que la décision d’annuler la Formule E pour l’année prochaine est justifiée, a d’abord dit le chef de Mouvement Montréal, qui s’appelait jadis Équipe Denis Coderre pour Montréal. Il va falloir attendre le bilan financier de MCE, mais c’est très préoccupant à ce stade-ci. On croit néanmoins qu’elle aurait dû s’informer du montant de la pénalité, dans le contexte où il y a une décision à prendre.»

De son côté, le premier ministre Philippe Couillard a vu dans la décision de Mme Plante l’opportunité d’utiliser ces sommes afin de développer d’autres projets, dont ceux portant sur la mobilité.

«Je suis certain que Mme Plante ne tourne pas le dos à la question de la mobilité électrique, a-t-il déclaré. Avec ces sommes, on peut peut-être faire plus, comme acheter près de 300 autobus hybrides au cours des prochaines années. C’est peut-être plus concret comme investissement pour les citoyens que des compétitions qui ont causé des ennuis au centre-ville de Montréal.»