Fébrilité à l’approche du premier Stampede de Calgary à pleine capacité depuis 2019

CALGARY — Il y a de la fébrilité dans l’air sur le site du Stampede de Calgary où l’on vivra dès vendredi le grand retour de l’évènement à pleine capacité depuis le début de la pandémie de COVID-19.

La célébration de 10 jours de la vie de cowboy avait été annulée en 2020, pour la première fois en 112 ans d’histoire.

Tout est donc en place pour accueillir et divertir les gens, notamment avec des manèges, des stands et des animaux en peluche exposés aux kiosques de jeux.

L’évènement était de retour l’an dernier, mais dans une version réduite qui comprenait des tests de dépistage rapide de la COVID-19 avant d’entrer dans certains chapiteaux et une limite du nombre de visiteurs pouvant se trouver au parc du Stampede, sans oublier la distanciation physique requise.

Les populaires courses de chuckwagon avaient été annulées et le traditionnel défilé s’était déroulé sans spectateurs.

«Les dernières années ont été difficiles pour nous tous, alors vous pouvez imaginer l’ambiance et l’excitation que l’on ressent ici», a affirmé Steve McDonough, le président du Stampede et président du conseil d’administration.

«Tout est revenu à la normale, à ce que vous connaissez et aimez, mais en version améliorée», a-t-il souligné.

«Nous avons tiré des leçons de l’année dernière et même repensé le Stampede de Calgary pour nous tourner vers l’avenir», a indiqué M. McDonough.

Il a précisé que la prudence reste de mise alors que le virus de la COVID-19 est toujours présent. Il y a donc des endroits pour se laver les mains partout sur le site et des endroits ont été aménagés pour les gens qui veulent éviter de se retrouver dans une foule. Le port du masque est facultatif.

«L’an dernier, les gens ont été très, très prudents», a noté M. M. McDonough.

«Je ne pense pas que nous allons battre des records de visiteurs. L’an dernier, il y avait environ 532 000 personnes. Si nous arrivons au million, je serai extrêmement heureux», a-t-il affirmé.

McDonough s’est dit soulagé que le Stampede ait pu avoir lieu l’an dernier alors que les évènements publics étaient plutôt rares à ce moment-là de la pandémie. Selon lui, le redémarrage de cet évènement de grande envergure aurait été plus difficile s’il n’avait pas eu lieu en 2021.

«Nous avons été le premier grand évènement et rassemblement au Canada. Nos protocoles ont été utilisés partout au pays», a -t-il noté.

Pour sa part, Greg Korek, mieux connu par son surnom »Scooter », en sera à sa 45e année de travail au Stampede de Calgary. Il est le vice-président au service à la clientèle de l’entreprise North American Midway Entertainment, spécialisée dans la présentation de foires et parcs d’attractions au Canada et aux États-Unis.

Selon lui, le retour des foules aux évènements avec des foires a été spectaculaire, notamment à Miami en mars dernier et plus récemment au Manitoba.

«Je pense qu’il y a un certain engouement en raison de leur absence depuis 2019. Cela explique l’accueil extraordinaire qu’on a eu au Manitoba et je ne m’attends à rien de moins ici au Stampede», a déclaré l’homme âgé de 62 ans qui a grandi à Calgary.

«Nous mettons un peu la pandémie derrière nous et nous nous amusons».

M. Korek a indiqué que l’aménagement du centre-ville sera légèrement différent cette année pour tenir compte de l’expansion de la zone dans tout le parc. Il a précisé qu’il y a trois nouveaux manèges cette année, y compris une imposante grande roue.

Le Stampede de Calgary s’amorcera vendredi et se poursuivra jusqu’au 17 juillet.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.