Femme immolée par le feu: l’ex-conjoint arrêté à Drummondville

QUÉBEC — L’ex-conjoint d’une femme immolée par le feu vendredi soir à Québec a été finalement arrêté samedi à Drummondville.

Le suspect, âgé de 39 ans, a été appréhendé samedi vers 11 h35 par des policiers de la Sûreté du Québec (SQ) devant un commerce de restauration rapide sur la rue Girardin, à proximité de l’autoroute 20, à environ 150 kilomètres de la capitale québécoise.

Il a été arrêté pour tentative de meurtre et voies de fait graves, a indiqué l’agent Étienne Doyon, porte-parole du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) qui mène l’enquête.

La victime, âgée de 27 ans, a subi d’importantes brûlures, notamment au visage, au dos et aux mains. Elle luttait toujours pour sa vie au lendemain du drame.

Ces événements tragiques sont survenus vers 20 h 55 vendredi sur la rue Arago, dans le quartier Saint-Sauveur, à Québec.

Plusieurs personnes ont été témoins du drame, dont sa mère et ses propres enfants. Ils ont vu le suspect mettre le feu à la jeune dame avant de prendre la fuite. Ce dernier était activement recherché depuis.

Les jeunes enfants ont été pris en charge par leur grand-mère. Ils ont été amenés dans un centre hospitalier par mesure préventive. Ils n’ont pas été blessés, selon le porte-parole du SPVQ.

Des passants ont tenté de venir en aide à la victime pour éteindre les flammes avec des couvertures.

Scène d’horreur

Un témoin a décrit à La Presse canadienne la scène d’horreur à laquelle il a assisté.

Martyn Allard était assis sur son balcon situé à l’étage quand il a aperçu une femme qui courait très vite, suivie par une deuxième personne qui semblait tenir une torche.

C’est en observant plus attentivement la femme qu’il a remarqué qu’elle était en feu.

«J’étais estomaqué de voir ça. Elle criait: ‘je suis en feu, je suis en feu, aidez-moi’», raconte M. Allard.

Pendant qu’elle criait, le témoin lui a retiré ses vêtements pendant qu’un voisin est venu avec des couvertures pour éteindre les flammes. «On voit sur l’asphalte les traces du linge qui a brûlé», relate-t-il. 

Une forte odeur d’essence se dégageait de la victime, ajoute M. Allard. «Tout le dos, l’arrière [de son corps] des pieds à la tête, ses cheveux, tout brûlaient, c’était comme une torche humaine.»

Après un certain temps, la femme a perdu conscience, mentionne le témoin.

Des enquêteurs du SPVQ devaient se rendre à Drummondville samedi après-midi pour interroger le suspect qui devra faire face à la justice.

 

Les plus populaires