Femmes et filles autochtones: un plan est retardé à cause de la COVID-19

OTTAWA — La ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, a déclaré qu’un plan d’action national pour la sécurité des femmes et des filles autochtones ne serait pas prêt le mois prochain, comme prévu.

Le 3 juin, cela fera un an que l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées s’est terminée par un rapport de 1200 pages et 231 «appels à la justice».

Mme Bennett a déclaré à l’Assemblée des Premières Nations en décembre dernier que le plan d’action national promis par le gouvernement serait prêt avant l’anniversaire d’un an.

Aujourd’hui, Mme Bennett dit que la COVID-19 rend cela impossible.

Elle affirme que le gouvernement reste déterminé à établir un plan, mais que bon nombre des personnes en première ligne sont les mêmes qui aident les provinces et les communautés autochtones à faire face à la pandémie.

L’Association des femmes autochtones du Canada, et d’autres défenseurs des familles des femmes et des filles autochtones assassinées et disparues, affirment que la pandémie aggrave la violence et que les communautés ne peuvent plus attendre.