Fermeture des chantiers: pensez aux travaux d’urgence, disent les entrepreneurs

MONTRÉAL — Les associations patronales de la construction vont se plier à la décision du gouvernement Legault de fermer les chantiers du Québec à compter de mardi soir, à cause du coronavirus, mais elles insistent pour qu’il permette des travaux d’urgence.

Les chantiers de construction devront fermer, comme les autres entreprises du Québec jugées non essentielles, à compter de 23h59 mardi soir, a annoncé lundi midi le premier ministre François Legault lors de sa traditionnelle conférence de presse quotidienne depuis le début de la pandémie.

L’Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec dit avoir «pris acte» de la décision du gouvernement. Néanmoins, elle a tenu à rappeler «l’importance de prévoir un mécanisme pour les interventions d’urgence sur les infrastructures publiques».

Les entreprises membres de l’ACRGTQ s’occupent en effet des travaux sur les routes, les viaducs, les égouts, les aqueducs — des infrastructures qui s’avèrent essentielles.

De même, l’Association de la construction du Québec — dont les membres oeuvrent dans les secteurs industriel, commercial et institutionnel — a aussi demandé que «certains travaux d’urgence soient permis» afin d’assurer la sécurité du public.

Elle a dit attendre plus de détails à ce sujet de la part du gouvernement du Québec afin d’informer ses entreprises membres.

Dans son cas, il peut s’agir de travaux dans les hôpitaux, par exemple, ou de rénovations pour empêcher qu’un bâtiment soit à découvert et soumis aux intempéries, a-t-on illustré.

L’ACRGTQ représente 2600 employeurs qui font travailler 35 000 salariés.

L’ACQ représente 17 000 entreprises.