Files dans les aéroports: le fédéral promet d’en faire plus, mais n’annonce rien

Ottawa promet d’en faire plus pour réduire les délais d’attente dans les aéroports, mais ne dévoile pas de nouvelles mesures pour l’heure.

«Il y en aura qui seront annoncées bientôt», a répété le ministre des Transports, Omar Alghabra, mercredi après-midi.

Pressé de questions pour indiquer quand il anticipait une résolution complète de la situation, il ne s’est pas avancé.

Quelques minutes plus tôt, son ministère publiait une déclaration conjointe avec ses collègues à la Sécurité publique, Marco Mendicino, à la Santé, Jean-Yves Duclos, ainsi qu’au Tourisme, Randy Boissonnault. Celle-ci met de l’avant une promesse «de simplifier les services pour les passagers entrants et sortants, afin que les Canadiens puissent se déplacer de manière fluide et en toute sécurité alors que le secteur se remet de la pandémie de COVID-19», mais n’annonce pas de mesures additionnelles pour mettre fin aux files dans les aéroports.

Appelé, en mêlée de presse, à répondre aux voyageurs qui pourraient être déçus par l’absence de nouvelles actions annoncées, M. Alghabra a défendu le travail d’Ottawa. Il a rappelé que 865 personnes ont notamment été embauchées à l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA), un peu partout au pays.

«Cela est un grand accomplissement en quelques semaines», a-t-il plaidé.

«Nous travaillons avec les aéroports, les transporteurs aériens, les bagagistes et d’autres partenaires pour mettre en œuvre des solutions afin de réduire les retards à l’approche de la période de pointe estivale», peut-on également lire dans la déclaration conjointe de mercredi.

Tant M. Alghabra que M. Mendicino ont insisté sur le fait que les délais de plus de 30 minutes ne sont constatés, selon leurs dires, que par 3 % des passagers à l’aéroport Pearson de Toronto et à l’aéroport international de Vancouver.

«Mais on sait qu’il y a encore du travail de faire. Et c’est exactement la raison pour laquelle le gouvernement va se concentrer à travailler ensemble avec l’ASFC, (l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien) et l’industrie pour augmenter l’efficacité (auprès) des voyageurs», a dit le ministre Mendicino.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.