Fillette morte à Laval: la Commission des droits de la personne déclenche une enquête

MONTRÉAL — La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) a déclenché une enquête «de sa propre initiative» sur le décès d’une fillette de 7 ans survenu dimanche à Laval.

Elle se dit «choquée» de la mort d’un autre enfant qui avait fait l’objet d’un signalement à la DPJ. Surtout que ce n’est pas la première enquête qu’elle mène au cours des dernières années sur de pareils drames, est-il ajouté.

La police de Laval n’était pas en mesure dimanche d’écarter l’hypothèse que la fillette soit morte après avoir subi des sévices corporels. Mais elle devait attendre les résultats de l’autopsie avant de confirmer les causes de son décès, ce qui n’avait toujours pas été rendu public mardi après-midi.

L’investigation de la CDPDJ — qui ne sera pas publique — vise à déterminer si les droits de cette fillette, qui avait fait l’objet d’un signalement à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) de Laval, ont été respectés et aussi, afin d’éviter qu’une telle situation ne se reproduise. Elle pourra formuler des recommandations aux autorités dans ce but.

La CDPDJ avait aussi enquêté sur la fillette de Granby, morte en 2019, après avoir fait l’objet d’un signalement à la DPJ. Dans un rapport accablant rendu en août dernier, la Commission avait conclu à de nombreux manquements des services publics «à toutes les étapes». Des accusations ont été déposées par le ministère public contre le père et la belle-mère de la petite fille de 7 ans.

Une autre enquête encore plus récente avait été déclenchée suite à la mort de deux garçonnets de 2 et 5 ans en octobre dernier à Wendake, une communauté voisine de la ville de Québec. Ces deux enfants aussi avaient été signalés à la DPJ avant leur décès. Leur père a été arrêté et accusé de double meurtre dans cette affaire.

La Commission rappelle que la protection des enfants est l’affaire de tous au Québec.

Toute personne qui a des inquiétudes concernant un enfant doit faire un signalement, souligne-t-elle dans son communiqué diffusé mardi.

Laisser un commentaire