Fin du lock-out au centre de distribution de Jean Coutu à Varennes

VARENNES, Qc — Les travailleurs du centre de distribution de Jean Coutu à Varennes reprendront le chemin du travail après un lock-out d’une durée de sept semaines.

Les 680 syndiqués de l’entrepôt, rattaché de la Fédération du commerce, affiliée à la CSN, ont entériné un projet de convention collective qui avait fait l’objet d’une recommandation des conciliateurs du ministère du Travail.

La centrale syndicale en a fait l’annonce par voie de communiqué tard jeudi.  

Les membres ont appuyé le projet dans une proportion de 78 % par vote électronique, rapporte-t-on. Leur retour au travail est prévu à compter du 15 novembre.

Un lock-out avait été décrété par l’employeur, le 24 septembre dernier, au lendemain du déclenchement d’une grève de 24 heures par le syndicat.

Le Groupe Jean Coutu a confirmé la fin du conflit de travail en soirée.

«Cette entente de 5 ans nous permet de rencontrer de manière juste et équitable les besoins de nos employés, de nos pharmaciens propriétaires affiliés à Jean Coutu et des clients dans un environnement extrêmement concurrentiel », a déclaré son président, Alain Champagne, par voie de communiqué.

La présidente du Syndicat des travailleuses et travailleurs de PJC entrepôt-CSN, Audrey Benoit, fait état de « la meilleure convention que nous avons eue jusqu’à maintenant».

Le syndicat dit avoir notamment obtenu des clauses limitant la sous-traitance et des augmentations de salaire de 11 % ou de 12,6 % sur cinq ans pour la plupart des travailleurs.

Plus tôt dans la négociation, le syndicat s’était fait reprocher par le Groupe Jean Coutu de déposer des demandes démesurées en réclamant des augmentations salariales de 25 % sur quatre ans. Audrey Benoit plaidait alors que les salaires devraient être comparés à ceux de l’entrepôt de Metro, dont Jean Coutu est une filiale, et non aux plus petits distributeurs du domaine pharmaceutique.

Le centre de distribution de Varennes approvisionne notamment un réseau de 400 pharmacies au Québec.

Laisser un commentaire