Floride: des plages ouvertes, mais pas d’activités stationnaires

TALLAHASSEE, Fla. — Kevin Sweeny a amené sa fille âgée de 2 ans à la plage de St. Augustine samedi, une première depuis de plusieurs semaines.

Il n’y a pas si longtemps, cela faisait partie de leur routine. Habitant à courte distance à vélo de la plage, sa famille et lui avaient l’habitude de s’y rendre aussi souvent que possible. Tout a changé quand le gouvernement local a décidé de fermer les plages. Cependant, certains secteurs de la Floride ont recommencé à rouvrir les plages, tout en ajoutant des restrictions.

On ne peut pas s’allonger pour se faire bronzer au soleil, s’asseoir sur une chaise pliante ou arriver avec sa glacière. On ne peut que marcher, courir, nager, pêcher ou surfer.

«Les gens étaient en mouvement constant. Tout le monde marchait, se promenait, tout en restant à deux mètres, voire trois mètres les uns des autres. Ce n’était certainement pas chaotique. Je crois que c’est exactement ce que tout le monde voulait voir lors de la réouverture des plages, a dit M. Sweeny. Il n’y avait pas une seule chaise.»

Officiellement, l’État de la Floride n’a jamais fermé les plages le long de sa côte de 2173 kilomètres, sauf dans le sud de l’État, là où les cas de COVID-19 ont été nombreux. La gestion des plages a été cédée aux gouvernements locaux et quand le gouverneur Ron DeSantis a offert des consignes de santé à la maison le 1er avril, il a spécifié que la marche, la course et la nage étaient des activités essentielles.

À la suite de cette indication, le comté de Volusia a rouvert la plage de Daytona le 4 avril, avec des restrictions. S’il était permis de faire de l’exercice, on ne pouvait pas jouer au volleyball de plage.

Vendredi, M. DeSantis a répété qu’il était correct de bouger pour se garder en forme, mais qu’il fallait demeurer vigilant.

«Il faut le faire en évitant tout risque, a dit M. DeSantis. Ça me fait sourire de voir les images de personnes courant sur une plage en Californie, fin seule, alors qu’il y a plein de policiers qui patrouillent. Elle ne fait que courir. Je pense que nous devons faire la promotion de l’exercice.»

Ce commentaire a été perçu par certains comme un ordre de rouvrir les plages, ce qui n’est pas le cas.

Les gouvernements locaux continuent de suivre l’évolution de la situation. Dans le comté de Duval, les gens peuvent aller à la plage de Jacksonville de 6 h à 11 h et de 17 h à 20 h. Des panneaux ont été ajoutés rappelant à tout le monde de rester à au moins deux mètres les uns des autres et que tout item «contribuant à une présence stationnaire» est interdit.

Judi Spann, qui faisait une marche chaque jour sur la plage avant sa fermeture, a poussé un soupir de soulagement.

«La marée était basse et la plage était large. Il n’y avait pas de problème. Je n’ai pas vu de gens se rassembler. Tout le monde marchait, profitait du plein air, a dit Mme Spann, qui habite à quatre coins de rue de la page. Je me sentais en sécurité. Quand je croisais quelqu’un, c’était facile de garder ses distances.»

Les plus populaires