Fort McMurray rappelle l’importance des ressources dans l’économie, dit Clark

VANCOUVER – Les premiers ministres de l’Ouest canadien affirment que les informations voulant que la croissance économique du Canada puisse être touchée par les incendies de forêt dévastateurs à Fort McMurray et dans les environs démontrent au reste du pays à quel point les ressources naturelles sont importantes pour l’économie.

La première ministre Christy Clark a conclu un sommet de deux jours des dirigeants des provinces de l’ouest et des territoires à Vancouver, vendredi, en soulignant leurs préoccupations au sujet de l’impact de la catastrophe.

«Alors que Fort McMurray brûle et que les infrastructures économiques qui ont longtemps soutenu les Canadiens sont menacées, les observateurs internationaux s’accordent pour dire que notre croissance économique en souffrira de manière désastreuse», a commenté Mme Clark, entourée par ses homologues.

«Je pense que ça démontre au plus haut point pourquoi les premiers ministres de l’Ouest travaillent si fort pour s’assurer que nous avons les investissements nécessaires sur notre économie ressource», a-t-elle déclaré en faisant référence au rapport de la Banque de Montréal.

L’économiste en chef de BMO a publié un rapport, vendredi, citant «l’horrible nouvelle des incendies de forêt à Fort McMurray». Douglas Porter a écrit que la banque ajustait ses prévisions pour le taux de croissance du Canada de 1,5 pour cent à zéro pour le deuxième trimestre.

Il a rappelé que les feux qui ont fait rage à Slave Lake, en Alberta, en mai 2011, avaient fait en sorte que le taux de croissance du secteur de l’énergie avait glissé de 3,6 pour cent.

«En se basant sur ce que nous savons à ce point à propos de la réduction de la production… nous avons réduit notre projection à zéro», a-t-il écrit.

La vice-première ministre albertaine, Sarah Hoffman, a affirmé que son gouvernement n’était pas encore prêt à faire le décompte des coûts du désastre sur la production des sables bitumineux parce que la priorité de la province actuellement est de s’assurer de la sécurité de ses citoyens.

«Alors que chaque membre de notre gouvernement continue de reconstruire Fort McMurray, nous essayons aussi de diversifier notre économie, a-t-elle indiqué. Nous ne pouvons contrôler le prix international du pétrole, mais nous pouvons faire quelque chose en tant que Canadiens d’essayer de percer la plupart des marchés.»

Mme Hoffman, qui représentait le gouvernement de l’Alberta lors de la rencontre en lieu et place de la première ministre Rachel Notley, affirme qu’elle s’attend à ce que le gouvernement soit en mesure de commencer à calculer l’impact économique de la catastrophe au cours des prochains jours.