Français au Québec: une majorité de Québécois préoccupés selon un sondage Léger

MONTRÉAL — Un sondage réalisé il y a deux mois dont les résultats sont publiés lundi indique qu’une majorité de Québécois se dit préoccupée par la situation de la langue française au Québec et souhaite un renforcement de la législation destinée à la protéger.

Le sondage mené par la firme Léger du 4 au 6 septembre signale que 59 % des répondants estiment que la situation du français au Québec s’est dégradée au cours des 10 dernières années et que 62 % des Québécois se montrent pessimistes face à son avenir.

Chez les francophones, les données indiquent que 71% des répondants sont préoccupés. L’inquiétude est signalée par 46 % des répondants âgés de 18 à 34 ans, 61 % de ceux âgés entre 35 et 54 ans et par 74 % des gens ayant 55 ans et plus.  

Dans ce contexte, le sondage rapporte que 67 % des gens, dont 77 % des francophones, sont d’accord avec un renforcement des lois afin d’améliorer la situation du français au Québec. Cette idée est appuyée par 32 % des non francophones.

Les deux mesures de francisation les plus populaires parmi les répondants sont, à 51 %, d’assurer le financement nécessaire à la francisation de tous les nouveaux arrivants non francophones et, à 50 %, d’élargir la portée des mesures pour s’assurer du droit de travailler en français dans les entreprises de juridiction fédérale situées au Québec. 

La mesure la moins populaire, à 21 %, est celle de réserver la fréquentation des Cégeps anglophones aux étudiants ayant fait leur secondaire en anglais.

Le sondage a été commandé par la Fondation Lionel-Groulx en collaboration avec le Mouvement national des Québécois et réalisé auprès de 1011 Québécois âgés de 18 ans ou plus et pouvant s’exprimer en français ou en anglais. Les résultats ont été pondérés par la firme Léger notamment selon le sexe, l’âge, la langue maternelle, la région et le niveau d’éducation.

 

Laisser un commentaire