François Legault veut élargir sa base électorale sur l’île de Montréal

MONTRÉAL — François Legault intensifie ses efforts en vue de conquérir les traditionnels territoires libéraux de Montréal lors de l’élection du 3 octobre prochain.

Jeudi, le premier ministre et chef de la Coalition avenir Québec a annoncé deux candidatures dans des circonscriptions remportées par deux députées libérales en 2018, soit celles de Verdun, occupée par Isabelle Melançon, et de Maurice-Richard, détenue par l’ex-ministre Marie Montpetit, qui siège maintenant comme indépendante après avoir été désavouée par la cheffe de son parti, Dominique Anglade.

«Ce sont deux comtés qui ont été pris pour acquis par le Parti libéral, disons les choses comme elles sont, pendant beaucoup trop longtemps», a affirmé François Legault en présentant Audrey Murray, qui portera sa bannière dans Maurice-Richard, et Véronique Tremblay, qui fera de même dans Verdun.

Montréal «dû pour un changement»

La Coalition avenir Québec ne détient présentement que deux sièges sur l’île de Montréal et François Legault, qui multiplie les annonces de candidatures féminines depuis quelque temps, ne cache pas ses ambitions face à la métropole. «C’est clair qu’effectivement (…) le Parti libéral a eu beaucoup de place dans Montréal depuis longtemps. Je pense qu’on serait dû pour un changement.»

Il peut certainement aspirer à ravir Maurice-Richard au PLQ puisque la circonscription, autrefois nommée Crémazie, n’est pas un château fort libéral. Marie Montpetit n’y a été réélue qu’avec 530 voix de majorité en 2018. C’est toutefois Québec solidaire et non la CAQ qui s’était classée deuxième. Mme Montpetit avait elle-même enlevé le siège au Parti québécois en 2014, après trois mandats péquistes.

«Je suis une vraie 514!» a lancé Audrey Murray lors de l’annonce de sa candidature. L’avocate a dit vouloir «amplifier la voix de Montréal au sein de la Coalition avenir Québec».

Verdun: territoire rouge

Dans Verdun, la tâche sera plus ardue pour Véronique Tremblay, qui se trouve à délaisser son poste de conseillère municipale dans cet arrondissement. Isabelle Melançon a remporté son siège avec une confortable avance de près de 5600 voix en 2018 dans cette circonscription peinte en rouge depuis sa création en 1965.

En conférence de presse, Mme Tremblay a dû se défendre de faire preuve d’opportunisme, elle qui avait d’abord été élue avec l’équipe de Denis Coderre en 2017 avant de passer dans le camp de Valérie Plante pour l’élection de 2021. 

«On va crever l’abcès tout de suite, a-t-elle déclaré. Vous savez, moi je suis au service des citoyens et je vais là où je pense que je peux bien servir.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.