Fuite de données au ministère de la Justice: 300 employés touchés, dit le SPGQ

MONTRÉAL — La fuite de renseignements personnels dans une direction du ministère de la Justice aurait notamment touché 300 employés actifs, retraités ou ayant quitté leur emploi, selon le Syndicat des professionnels qui y représente des travailleurs.

Le 10 septembre, le ministère de la Justice a diffusé un communiqué indiquant qu’il avait communiqué avec la Sûreté du Québec pour qu’elle enquête, après avoir constaté un possible vol de données.

Cela touchait des renseignements personnels de citoyens qui ont été en contact par courriel avec la Direction générale des registres et de la certification. Le ministère disait que ces renseignements «sont susceptibles d’avoir été compromis à la suite d’une campagne de hameçonnage détectée les 11 et 12 août».

Le ministère de la Justice précisait alors qu’il communiquerait avec les personnes concernées.

Or, mardi, c’est le Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) qui a précisé, par voie de communiqué, que les informations personnelles de 300 employés actifs et inactifs pourraient être visées.

La présidente du SPGQ, Line Lamarre, estime que le syndicat «aurait dû être informé plus rapidement», soit «dès qu’il (le ministère) a découvert la situation», du fait que ses membres ont pu être touchés, en plus des citoyens.

Le SPGQ a souligné que le ministère de la Justice avait offert une protection étendue contre la fraude et le vol d’identité à ses membres.

Laisser un commentaire
Les plus populaires