Fuites sur le juge Glenn Joyal: pas d’enquête du comité des Communes

OTTAWA — Les libéraux fédéraux ont utilisé leur majorité au sein d’un comité des Communes afin de bloquer la tentative de l’opposition d’enquêter sur la fuite d’informations confidentielles entourant une nomination à la Cour suprême du Canada.

Les conservateurs et les néo-démocrates voulaient que le comité de la justice de la Chambre des communes découvre qui avait divulgué des informations au sujet d’un désaccord présumé entre le premier ministre Justin Trudeau et l’ancienne procureure générale Jody Wilson-Raybould au sujet de la nomination du prochain juge en chef au plus haut tribunal du pays.

Mais une motion visant à amorcer une enquête sur ce dossier a été rejetée par un vote de 5-4.

La Presse canadienne et le réseau CTV ont appris le mois dernier que Mme Wilson-Raybould avait recommandé au premier ministre que Glenn Joyal, juge en chef de la Cour du banc de la reine du Manitoba (cour supérieure), devienne le prochain juge en chef de la Cour suprême du Canada.

Or, selon des sources proches des discussions, M. Trudeau s’inquiétait de ce choix, parce que M. Joyal était, selon lui, un peu trop favorable à une interprétation conservatrice et restrictive de la Charte canadienne des droits et libertés.

M. Trudeau a finalement opté pour le juge Richard Wagner, déjà à la Cour suprême, afin de remplacer la juge en chef Beverley McLachlin, qui prenait sa retraite.

Les plus populaires