Fuyant l’invasion russe, 177 Ukrainiens arrivent à Terre-Neuve

SAINT-JEAN, T.-N.-L. — Un avion transportant 177 Ukrainiens fuyant l’invasion russe de leur pays d’origine a atterri mardi soir dans la capitale de Terre-Neuve-et-Labrador.

Une famille séparée pendant quatre mois angoissants a été réunie après l’arrivée à Saint-Jean d’un avion nolisé par le gouvernement provincial.

Sergii Plakhtii est arrivé à Saint-Jean en juin et il tenait une douzaine de roses dans ses mains, attendant que sa femme et ses deux enfants franchissent les portes. Il avait les larmes aux yeux lorsqu’il s’est levé après avoir serré son jeune fils, Makar, et s’est tourné vers sa femme, Yuliia, pour l’embrasser. Makar s’est précipité dans les bras de son père dès qu’il a franchi la porte.

Karina Plakhtii, sa fille de 15 ans, a témoigné que c’était la «meilleure sensation» d’être à nouveau ensemble alors qu’il la rapprochait pour un autre câlin après la réunion de la famille.

Ceux qui ont parlé aux journalistes sont devenus visiblement émus en décrivant le chagrin de quitter leur maison, en particulier après un week-end d’attaques dévastatrices lancées par les forces russes contre des villes à travers l’Ukraine.

Yuri Huriev a souligné que la vie dans sa ville natale de Kharkiv était impossible, ajoutant qu’il était reconnaissant pour un nouveau départ pour sa femme et sa fille de quatre ans à Terre-Neuve.

Kharkiv, dit-il, «a été touchée par la guerre depuis le début».

«C’est définitivement une période stressante pour nous, a-t-il poursuivi. Je peux dire à quel point ça a été dur pour les gens en Ukraine».

Maruf Mahmudov est également arrivé en juin. Depuis lors, il travaille avec le département provincial de l’immigration, aidant d’autres Ukrainiens à échapper à la violence menée par la Russie.

«C’est difficile, a-t-il déclaré à propos des attaques du week-end. J’ai le cœur brisé. J’essaie de ne pas y penser, mais je me demande qu’est-ce qui pourrait arriver à mes filles et à ma femme si nous étions coincés là-bas.»

Il a remercié Terre-Neuve-et-Labrador pour la deuxième chance. «Merci pour la seconde vie», a-t-il déclaré.

L’avion était le troisième nolisé par le gouvernement provincial pour amener des Ukrainiens dans la province la plus à l’est du Canada, les deux premiers étant arrivés au printemps dernier.

La province n’a pas ménagé ses efforts pour amener les Ukrainiens fuyant la guerre à se réinstaller dans la province. Elle a même ouvert un bureau satellite à Varsovie, en Pologne, en mars, pour aider les Ukrainiens à se réinstaller.

Les trois avions ont amené environ 520 Ukrainiens à Terre-Neuve-et-Labrador. Le ministre provincial de l’Immigration, Gerry Byrne, a déclaré aux journalistes mardi que d’autres sont venus d’eux-mêmes. Au total, a-t-il affirmé, la province a accueilli plus de 800 Ukrainiens depuis le début de l’invasion russe en février.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.