Gallant axe son discours sur l’état de sa province sur la compétitivité

FREDERICTON — Le premier ministre du Nouveau-Brunswick Brian Gallant dit que sa province devra relever de nombreux défi au cours des mois précédant les prochaines élections provinciales de l’automne prochain, et même au cours de la période ultérieure.

Au cours de son discours télédiffusé sur l’état de la province, il a surtout attiré l’attention de son auditoire vers la création d’emplois et la compétitivité. Il a aussi profité de l’occasion pour présenter un aperçu du prochain budget provincial qui sera présenté mardi.

Au cours d’une entrevue accordée à La Presse canadienne, il a déclaré que la menace la plus immédiate à la croissance du Nouveau-Brunswick est l’attitude protectionniste des États-Unis.

Le Nouveau-Brunswick est la province canadienne la plus dépendante des exportations. Quatre-vingt-dix pour neuf de celles-ci sont destinées aux États-Unis.

M. Gallant a annoncé que le budget comprendra des mesures totalisant 20 millions $ visant à favoriser la compétitivité des entreprises de la province.

Il a dit que son gouvernement établira un programme pour aider les petites entreprises qui veulent accroître leur compétitivité par l’entremise des exportations, investira dans le secteur forestier pour lutter contre la tordeuse d’épinette ainsi que dans le secteur touristique, lequel, selon lui, peut être un grand facteur de croissance économique et de création d’emploi au Nouveau-Brunswick.

«Nous investirons dans les choses qui nous aideront à diversifier nos marchés, à pénétrer un peu plus le marché asiatique pour nos produits et services. Nous mettrons à profit les occasions comme l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne», a-t-il souligné.

Le premier ministre a ajouté que son gouvernement pouvait aider les exportateurs sans avoir à leur donner des subventions.

«Nous oublions souvent que nos principaux investissements pour accroître notre compétitivité se font dans l’éducation et la formation, les infrastructures comme les ponts, les routes et les aéroports, et dans d’autres domaines afin de les aider à pouvoir compter sur la main-d’oeuvre dont ils ont de besoin et à exporter leurs produits partout dans le monde.»

IL a aussi déclaré que l’annulation du projet d’oléoduc Énergie-Est, sur lequel il comptait beaucoup, démontre la nécessité de diversifier l’économie et ne de pas dépendre d’un seul grand projet.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie