Garde d’enfants: les conservateurs opteraient pour un crédit d’impôt remboursable

RUSSELL, Ont. — Erin O’Toole a réitéré mardi sa promesse d’annuler les ententes conclues par les libéraux avec les provinces sur les garderies, en faveur d’un crédit d’impôt remboursable, qui donnerait selon lui un coup de pouce plus important aux Canadiens à faible revenu.

En campagne à Russell, dans la banlieue rurale d’Ottawa, le chef conservateur a déclaré que sa proposition profiterait le plus aux Canadiens moins favorisés en permettant le remboursement de frais annuels de garde d’enfants pouvant aller jusqu’à 6000 $. «Nous ne pouvons pas, après six ans d’inaction de M. Trudeau, laisser les familles attendre encore cinq ans», a déclaré M. O’Toole.

Les garderies agréées – celles qui recevraient le financement fédéral en vertu des accords conclus par les libéraux – fonctionnent en grande partie de 9 h à 17 h. Les conservateurs soutiennent que cet horaire laisse de côté les parents qui travaillent de soir ou de nuit, ainsi que les «travailleurs sur demande».

Des experts soutiennent toutefois que même si le crédit d’impôt remboursable des conservateurs pourrait avoir un impact immédiat, son coût de 2,6 milliards $ est inférieur à la valeur des accords conclus avec les provinces et ne résout pas, surtout, le manque de places en garderies — un problème criant notamment au Québec. 

M. O’Toole a rejeté cette critique, mardi. «Notre plan aidera immédiatement toutes les familles, créera des places et donnera aux familles la possibilité de trouver immédiatement ce qui leur convient le mieux», a-t-il soutenu. «Dans la plupart des régions du pays, les familles à faible revenu verront tous leurs frais de garde couverts.»

Le chef libéral Justin Trudeau a vanté le modèle québécois, avec ses places à 8,50 $ par jour – pour les familles qui peuvent décrocher une place. Dans son budget d’avril, le gouvernement libéral a présenté un programme national de garderies de 30 milliards $ qui réduirait le tarif des places à une moyenne de 10 $ par jour d’ici cinq ans; huit premiers ministres ont signé des ententes au cours des derniers mois. Le Québec, qui dispose déjà d’un système de centres de la petite enfance, a obtenu d’Ottawa 6 milliards $ sur cinq ans en compensations. 

Aider les familles, pas les gouvernements

M. O’Toole a martelé mardi que son crédit d’impôt remboursable serait plus avantageux que le programme national de garderies des libéraux — et la compensation de 6 milliards $ au Québec —, «parce qu’on aiderait toutes les familles immédiatement», a-t-il dit. «Notre soutien va directement aux familles, pas à d’autres gouvernements», a-t-il précisé. 

Les libéraux ont déclaré plus tôt ce mois-ci que les conservateurs feraient «une réduction massive de 80 % dans notre système de garderies» dans tout le Canada. «Ils le remplaceraient par un crédit d’impôt — et seulement 6600 familles sur 1,5 million à travers le pays en recevraient la pleine valeur», a déclaré le Parti libéral dans un communiqué.

En proposant de remplacer la déduction fiscale pour frais de garde d’enfants que les parents peuvent actuellement réclamer par un crédit d’impôt remboursable, les conservateurs affirment que cette mesure fiscale serait plus bénéfique pour les Canadiens à faible revenu.

Les parents pourraient ainsi déduire jusqu’à 8000 $ de leurs dépenses annuelles admissibles par enfant de moins de sept ans et jusqu’à 5000 $ par enfant de sept à 15 ans. Les familles canadiennes aux revenus les plus faibles verraient jusqu’à 75 % de ces dépenses couvertes par Ottawa. Ce pourcentage se réduirait ensuite à mesure que les revenus familiaux augmenteraient, jusqu’à un taux plancher de 26 %. 

Les conservateurs affirment que puisque le crédit d’impôt est remboursable, les familles à faible revenu obtiendraient le remboursement intégral même s’il faisait passer au-dessous de zéro leur impôt à payer. Le parti soutient que la déduction actuelle pour frais de garde d’enfants profite davantage aux riches, parce que les parents qui gagnent le plus obtiennent les déductions fiscales les plus élevées.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.