Garderies en milieu familial: le syndicat souhaite un règlement rapide

JOLIETTE, Qc — Près d’une semaine après avoir annoncé une grève générale illimitée, les responsables de services de garde en milieu familial souhaitent pouvoir s’entendre avec le gouvernement en fin de semaine.

Les 10 000 responsables de services de garde en milieu familial syndiquées à la CSQ et le ministère de la Famille rencontrent présentement une médiatrice.

C’est le ministère de la Famille qui avait demandé cette médiation, après une séance intensive de négociation, la fin de semaine dernière, qui n’avait pas permis aux parties de s’entendre pour éviter la grève générale et illimitée. 

Si elle espère s’entendre rapidement avec le gouvernement, la Fédération des intervenantes en petite enfance (FIPEQ-CSQ), a indiqué samedi qu’il était essentiel que l’aspect monétaire soit réglé avant d’en arriver à une entente.

Selon le syndicat, la dernière offre du gouvernement équivaut à 12,83 $ l’heure, une fois les calculs faits à partir de la subvention reçue du ministère. La FIPEQ revendique 16,75 $.

Les responsables de service de garde en milieu familial ont d’ailleurs manifesté samedi à Joliette pour faire pression sur le gouvernement.

«Le ministre de la Famille aurait pu éviter la grève et il a choisi de ne rien faire!», a tonné la présidente de la CSQ, Sonia Éthier, lors du rassemblement.

La députée péquiste de Joliette Véronique Hivon était présente à l’événement pour démontrer son soutien à la cause.

«C’est bien beau, on peut avoir tous les projets de loi 61 ou 66 pour faire des infrastructures au Québec avec des travailleurs et des pépines, mais s’il n’y a personne de valorisé pour s’occuper des enfants, on n’ira pas loin», a-t-elle lancé à la foule.

Laisser un commentaire