Garderies: la compensation pour le Québec sera «pas mal sans condition», dit Trudeau

MONTRÉAL — Les milliards de dollars qu’Ottawa versera au Québec en lien avec le nouveau programme fédéral de garderies seront «pas mal sans condition», a indiqué dimanche soir le premier ministre Justin Trudeau.

De passage à l’émission «Tout le monde en parle», M. Trudeau a d’abord rappelé que le nouveau programme national s’inspire de celui en place au Québec, ajoutant au passage que «ce n’est pas le gouvernement fédéral qui va dire à Québec comment dépenser sur les garderies et sur les familles».

Appelé à préciser sa pensée sur l’absence de conditions, par exemple si les fonds pourraient être utilisés en santé, le premier ministre a affirmé que «des discussions» auront lieu avec le gouvernement du Québec.

«C’est sûr qu’il y a toujours de la place pour plus d’investissements dans les garderies, mais on ne va pas dire ça et certainement pas la totalité», a-t-il déclaré.

Le programme national de garderies a été annoncé lundi dans le budget de la ministre Chrystia Freeland.

Comme le Québec a déjà son réseau, il aura une compensation financière, mais on ne sait pas quel ordre de grandeur atteindra ce nouveau transfert.

Mardi, le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, a déclaré à propos d’un éventuel transfert évalué à 6 milliards $ au cours des cinq prochaines années: «C’est sûr que ce sera sans condition.»

En commentant le caractère asymétrique de l’annonce, M. Girard a affirmé que ce principe était «non négociable».

Laisser un commentaire