Gaspé: prudence face à la drogue du viol, dit la députée Perry Mélançon

GASPÉ, Qc — La députée de Gaspé à l’Assemblée nationale, Méganne Perry Mélançon, dit avoir été informée d’une recrudescence de cas d’intoxication au gamma-hydroxybutyrate (GHB) cet été sur le territoire de la circonscription et elle s’en dit extrêmement préoccupée.

Dans une déclaration transmise sur sa page Facebook, la députée Perry Mélançon précise que plusieurs sources lui ont confirmé ce que rapportent déjà les réseaux sociaux à propos de cette recrudescence de ce qui est couramment appelé la drogue du viol, bien qu’elle ne possède pas encore de données exactes sur le sujet.

La Sûreté du Québec (SQ) a déclaré à des médias régionaux qu’elle avait été mise au courant d’allégations, qu’elle doit désormais valider. 

La députée de Gaspé pour le Parti québécois (PQ) explique qu’en tant que femme et représentante de la circonscription, elle espère avoir l’heure juste sur la situation et que les autorités fassent le point rapidement. Elle signale qu’une population prévenue peut faire toute la différence pour protéger de potentielles victimes en restant à l’affût dans les grands événements estivaux.

La Gaspésie est l’une des régions du Québec les plus prisées des touristes. 

Méganne Perry Mélançon rappelle qu’en cette saison des festivals favorable à la consommation d’alcool et aux nouvelles rencontres, certaines jeunes femmes peuvent baisser la garde et subir de malencontreuses expériences avec cette drogue, notamment des agressions sexuelles.

Le GHB peut être ajouté à une boisson sans que la personne qui la consomme ne s’en rende compte. Les effets se manifestent habituellement de cinq à 30 minutes après la consommation et peuvent durer d’une à six heures.

Parmi les effets physiques d’une consommation de GHB figurent la somnolence, la perte de conscience, une diminution de la tension artérielle et de la fréquence cardiaque de même qu’une perte de coordination. À forte dose, les effets sédatifs du GHB peuvent entraîner un coma ou la mort.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.