Geneviève Guilbault est aux Îles-de-la-Madeleine pour constater les dégâts de Fiona

MONTRÉAL — La vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, s’est rendue dimanche aux Îles-de-la-Madeleine pour constater l’ampleur des dégâts que la tempête post-tropicale Fiona a laissée sur son passage. 

Aucun blessé ni décès n’est à déplorer aux Îles-de-la-Madeleine. Après avoir rencontré les élus locaux et observé les dégâts sur les îles du Cap aux Meules et du Havre Aubert, Mme Guilbault a estimé que «ç’aurait pu être pire». 

«Le niveau de préparation et la capacité d’intervention de la municipalité, en soutien avec les partenaires, ont été assez impressionnants», a-t-elle souligné lors d’un point de presse, tout en précisant qu’il y avait des dégâts matériels. 

Ces dommages ne sont pas encore chiffrés. La ministre a seulement cité un retard d’une semaine dans les travaux d’enrochement pour protéger les falaises de Cap-aux-Meules, un délai qui devrait se chiffrer à 166 000 $. 

Elle a d’ailleurs vanté l’efficacité de ce type d’aménagement, alors que des travaux semblables ont été effectués à La Grave, sur l’île du Havre Aubert. 

«J’étais venue (à La Grave) en 2020 annoncer une subvention de 4 millions $ pour une solution d’enrochement qui avait été choisie, qui est une solution moderne, qui fait suite à de l’enrochement plus classique, comme expliquait le directeur des travaux, a expliqué Mme Guilbault. La tempête a confirmé que c’était le bon choix, car tout s’est bien passé là-bas.»

Du côté de la municipalité, le maire suppléant des Îles-de-la-Madeleine, le conseiller municipal Richard Leblanc, a souligné dimanche après-midi qu’aucun dommage majeur n’est à déplorer sur les bâtiments municipaux. Ils seront ouverts dès lundi matin. 

Bilan

Les Îles-de-la-Madeleine ont été durement touchées par le passage de Fiona, samedi, qui a aussi dévasté la Nouvelle-Écosse et d’autres régions de l’Atlantique.  

«Les restants de Fiona sont présentement situés sur la Mer du Labrador et génèrent de la pluie faible et des nuages sur la Basse-Côte-Nord et le Labrador. Le système s’affaiblit en se déplaçant vers le nord et les précipitations associées cesseront cette nuit», a précisé Environnement Canada vers 15h HAE. 

Dimanche après-midi, il restait 274 clients sans électricité aux Îles-de-la-Madeleine, dont 67 à l’île d’Entrée, a indiqué la conseillère aux communications d’Hydro-Québec, Ariane Doucet-Michaud. 

«Dès aujourd’hui 16h, on a une équipe qui va prendre le bateau pour se rendre à l’île d’Entrée et rétablir le courant», a ajouté Mme Doucet-Michaud. 

Du côté des infrastructures routières, la route 199 a été rouverte peu après 11h, heure locale, dimanche. Les opérations de nettoyage se poursuivent. 

«On invite tout de même la population à faire preuve de prudence dans ses déplacements, puisque des portions d’accotements ont été endommagées par les fortes vagues», a précisé le porte-parole du ministère des Transports, Jean-Philippe Langlais.

Samedi, la municipalité avait invité les Madelinots à limiter leur consommation d’eau potable en raison des pannes électriques, qui empêchaient le fonctionnement des pompes. 

«Le niveau des réservoirs de l’île du Havre Aubert est revenu à la normale. Il n’y a plus de restrictions au niveau de l’eau potable», a annoncé M. Leblanc dimanche après-midi. 

L’aide aux sinistrés  

Aux dernières nouvelles, il y avait 37 personnes qui avaient été évacuées vers l’un des quatre centres d’hébergement temporaire disponibles.  

«Ces gens-là ont été redirigés vers de l’hébergement commercial parce que c’est toujours plus confortable qu’un centre d’hébergement collectif et, comme il n’y avait pas beaucoup d’évacués, on a été capable de le faire avec la collaboration de la Croix-Rouge», avait indiqué Geneviève Guilbault, dimanche matin. 

Le maire suppléant des Îles-de-la-Madeleine, le conseiller municipal Richard Leblanc, a indiqué que les centres d’hébergements temporaires ont donc été fermés. 

Pour les personnes dont les résidences ont subi des dommages non assurables, donc principalement ceux causés par l’eau, Mme Guilbault les a invités à contacter le ministère de la Sécurité publique, via le site Web ou la ligne téléphonique. 

«On aura aussi un bureau sur place, on est en train d’organiser pour que des gens du ministère de la Sécurité publique puissent venir ici sur place aux Îles-de-la-Madeleine cette semaine, dès que possible, pour pouvoir faire un accompagnement et un soutien directement avec les citoyens sur place», a ajouté la vice-première ministre en après-midi. 

Elle a assuré que le processus d’indemnisation du gouvernement sera rapide. Cependant, le programme ne couvre que les résidences principales. 

«Les chalets, il faut voir au cas par cas, a-t-elle dit. Si c’est la résidence principale, ça peut devenir admissible. Si c’est une entreprise qui fait de la location, potentiellement oui. Mais un chalet qui est une résidence secondaire personnelle n’est pas couvert pas les programmes.»

Pas besoin de l’armée 

Par ailleurs, le gouvernement du Québec ne fera pas appel à l’aide de l’armée, comme l’a fait la Nouvelle-Écosse.   

«On n’a pas besoin de l’armée. Notre capacité opérationnelle n’a pas du tout été dépassée. Les équipes étaient prêtes depuis au moins quatre jours. Toute la semaine, on s’est préparé à l’arrivée de Fiona», a rappelé la ministre Guilbault, dimanche matin.   

D’autre part, il était encore incertain à ce stade-ci si le gouvernement du Québec allait présenter une demande d’aide financière au gouvernement fédéral.   

L’état d’urgence, décrété par la municipalité vendredi, sera levé dimanche à 18h30.

Vote par anticipation modifié

Sans surprise, le vote par anticipation a été annulé dimanche aux Îles-de-la-Madeleine en raison du passage de la tempête post-tropicale Fiona. 

Les bureaux de vote par anticipation étaient donc fermés, ainsi que le bureau de la directrice du scrutin.

Les électeurs des Îles-de-la-Madeleine pourront cependant voter par anticipation lundi, de 9 h à 22 h, a indiqué Élections Québec.

Il sera aussi possible de voter par anticipation au bureau de la directrice du scrutin du 27 au 29 septembre. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.