Gerald Butts jouera un rôle important dans la campagne libérale

OTTAWA — Gerald Butts, l’ancien secrétaire principal du premier ministre Justin Trudeau, jouera un rôle important dans la prochaine campagne électorale, a confirmé un responsable du Parti libéral du Canada.

À trois mois du scrutin, les libéraux mettent les bouchées doubles pour préparer leur campagne électorale. M. Trudeau participe lui-même à des rassemblements afin de susciter l’enthousiasme des partisans.

M. Butts, un ami personnel du premier ministre, a démissionné en février dans la foulée de la controverse entourant SNC-Lavalin. Il avait expliqué ce départ en faisant état des sources anonymes qui l’accusaient d’avoir exercé des pressions sur l’ancienne ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould pour qu’elle offre à l’entreprise la possibilité de négocier un accord de réparation.

Il avait publié un communiqué pour nier catégoriquement les reproches qu’on lui faisait.

Le retour de M. Butts n’est pas passé inaperçu auprès des autres partis politiques fédéraux. Le chef conservateur Andrew Scheer s’est montré sarcastique sur son compte Twitter: «Et, d’un seul coup, l’équipe de Trudeau qui a donné aux Canadiens le scandale SNC Lavalin est de nouveau réunie». Quant au chef du NPD, Jagmeet Singh, il a dit que celle nouvelle était «décevante».

La controverse entourant la firme d’ingénierie serait l’une des causes de la chute du Parti libéral dans les sondages depuis ce printemps.

Les libéraux soutiennent que les messages qu’ils reçoivent sont positifs. Selon eux, ils pourraient compter sur un plus grand effectif de bénévoles que lors de toutes les campagnes électorales précédentes.

Un porte-parole libéral, Braeden Casey, soutient que le financement populaire fonctionne à un plus grand régime, affirmant que les collectes de fonds ont atteint un sommet pour un mois de juin.

Selon lui, plus de 204 000 Canadiens ont adhéré au Parti libéral depuis les dernières élections fédérales. Il ajoute que la prochaine campagne offrira «une alternative claire» entre les libéraux et les conservateurs.

En Ontario, le premier ministre conservateur Doug Ford, une figure impopulaire dans la province, pourrait se retrouver au coeur de la stratégie libérale. Les libéraux disent obtenir de bonnes réactions dans le porte-à-porte lorsque les politiques de M. Ford sont mentionnées.

En coulisses, les libéraux ont déjà pris des décisions importantes. Ainsi, ils ont déjà annoncé en mai que Jeremy Broadhurst, l’ancien chef de cabinet de la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland, et ancien directeur national du parti de 2013 à 2015, dirigera la campagne nationale.

Le comité du programme est présidé par le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale et la députée d’Ottawa-Vanier Mona Fortier, a dit M. Casey.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire