GHB: Le ministre François Bonnardel veut s’attaquer aux «lâches»

QUÉBEC — Le gouvernement du Québec met en place une série de mesures pour s’attaquer au «fléau» du GHB et aux «lâches» qui en mettent dans les verres des personnes – principalement des femmes – à leur insu. 

Une campagne de publicité sur les réseaux sociaux sera lancée jeudi pour rappeler qu’il est criminel d’agir de la sorte. Elle visera principalement les hommes de 18 à 35 ans. 

«Il y en a qui prennent ça pour une farce, qui trouvent ça drôle de mettre ça dans les verres. Moi, je ne trouve pas ça drôle. Il faut protéger les victimes, principalement des femmes, et dire à ces lâches qui utilisent ces drogues que c’est criminel», a lancé le ministre de la Sécurité publique, François Bonnardel, mercredi en point de presse. 

Le gouvernement souhaite sensibiliser les bars et les restaurants pour les aider à adopter de meilleures pratiques de prévention et d’intervention.

On veut aussi mieux accompagner les personnes croyant avoir été droguées à leur insu et outiller davantage les corps policiers pour la prise en charge des personnes intoxiquées au GHB ou autres drogues. 

Il est difficile de savoir combien de personnes subissent des intoxications de la sorte au Québec. Le gouvernement veut travailler avec les corps policiers afin de mieux documenter le phénomène.

On souhaite aussi discuter avec le fédéral pour mettre en place un mécanisme d’homologation des tests rapides autoadministrés pour dépister le GHB afin de s’assurer de leur efficacité.   

Le gouvernement a déjà lancé le projet pilote «Check ton verre» en distribuant 10 000 couvercles qui protègent les verres dans des bars de Montréal. On compte implanter cette mesure de prévention ailleurs au Québec. «C’était un succès lors du dévoilement. Ce l’est encore aujourd’hui. Et je pense que le succès, on va le mesurer quand il sera implanté partout sur le territoire québécois», a affirmé le ministre. 

Québec solidaire avait critiqué cette initiative arguant qu’elle mettait la responsabilité sur les épaules des victimes. Le parti de gauche accueille favorablement l’annonce du gouvernement de mercredi. 

«Il était temps que les femmes ne soient plus les seules à porter le fardeau de leur propre sécurité. La campagne »Check ton verre », qui vise les victimes, me laisse toujours un goût amer. Toutefois, j’accueille positivement le nouvel éventail de mesures dont le développement de statistiques, miser sur la criminalité du geste et l’importance d’intervenir pour les acteurs du milieu», a affirmé la porte-parole solidaire Manon Massé, dans une déclaration écrite.