Gilbert Rozon vend ses actions de l’entreprise Juste pour rire

MONTRÉAL — Gilbert Rozon vend toutes ses actions de Juste pour rire, dans la foulée du scandale dans lequel il est plongé à la suite d’allégations de naturelle sexuelle.

La nouvelle de la vente de ses actions a été confirmée, vendredi après-midi, chez Juste pour rire.

Le responsable des communications, Jean-David Pelletier, a simplement indiqué que M. Rozon avait fait savoir qu’il vendrait toutes ses actions, qu’il se départirait de «tout ce qui lui appartient» dans l’entreprise.

M. Pelletier n’a pas pu donner davantage de détails, comme la part des actions que M. Rozon détient dans l’entreprise ou le moment exact de la mise en vente ou si un éventuel acheteur avait déjà été trouvé.

«La seule chose que l’on va communiquer cet après-midi, c’est que M. Rozon a pris la décision définitive d’aller vendre toutes ses parts», a-t-il indiqué.

Il importe de souligner que depuis que le scandale a éclaté, certains humoristes avaient fait savoir qu’ils ne voulaient plus être associés à l’entreprise de M. Rozon. Et des employés disaient vivre dans l’incertitude, craignant que la réputation de l’entreprise soit entachée.

M. Rozon avait fondé son entreprise en 1983.

Mercredi dernier, neuf femmes ont rapporté au quotidien Le Devoir et à la station de radio 98,5 FM, à Montréal, avoir été victimes de harcèlement ou d’agression sexuelle de la part de M. Rozon. Depuis, une autre femme, la comédienne Patricia Tulasne, s’est ajoutée aux dénonciatrices.

Les allégations n’ont pas été prouvées en cour.

Jeudi dernier, Gilbert Rozon avait démissionné de l’ensemble de ses fonctions, notamment à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain et à la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal.

Les commentaires sont fermés.

Gilbert Rozon, pourquoi, avec ton incroyable talent, ne t’es-tu pas contenté de nous harceler passionnément avec l’humour ; l’humour seulement, l’humour dont nous avons tant besoin, pour le seul amour de l’humour ?

Je suis très étonné dans tous les commentaires actuels et bien nombreux autour de Gilbert Rozon et de ses bien condamnables attitudes d’harcèlement sexuel, et ceci ne les atténue certes en rien, que l’on n’évoque nulle part une de ses plus belles réalisations, certes dispendieuse, ce qui a entraîné sa fermeture, à savoir le Musée de l’Humour » Juste pour rire » de Montréal, ouvert en 1993 et qui fut fermé en 2010 !
Pourquoi s’est-il plus occupé de sexe et d’amour au lieu de s’y concentrer et tout faire pour qu’il perdure en lui consacrant plutôt toute son énergie d’homme fort !
Le musée de l’humour occupait les locaux d’une ancienne brasserie du XIXe siècle sur le célèbre boulevard Saint-Laurent à Montréal. Le second du genre au monde, après celui de Gabrovo, en Bulgarie, ouvert lui le 1 avril 1972. !!!
Mais que voyait-on au juste (pour rire !) dans ce musée de l’humour ?
Lieu pluriculturel, l’établissement s’efforçait de présenter fièrement l’histoire de la comédie et du comique au Québec, en particulier, par le biais d’expositions internationales et de spectacles. C’était à la fois un centre d’expositions thématiques, un lieu multifonctionnel pour la présentation d’événements publics, privés ou professionnels dans le cabaret de l’institution, et un lieu de médiatisation documentaire.
Les multiples expositions portèrent sur des thématiques multiples et variées dont » Le temple international de la renommée de l’humour » un panorama familial des plus grands comiques du siècle mêlant vidéos et moyens divers d’expression du rire et de l’humour !
Le musée possédait aussi une médiathèque qui conservait la plus importante collection de documents humoristiques au monde : 26 000 heures d’émissions humoristiques télévisées ; 8 000 livres et plus de 350 disques; tous les enregistrements vidéo des activités du Festival Juste Pour Rire/Just for Laughs depuis son lancement en 1983. ; la Collection Léon A. Robidoux rassemblant des documents sur l’humour couvrant la période des 40 dernières années au Canada et en France ; 350 volumes de «clipping» de caricatures, huit tiroirs de fiches de trivialités et d’histoires drôles; et 750 échantillons en trois dimensions (figurines, statuettes…) de personnages de la culture populaire des années 70 et 80…
Le site internet, pensé comme un musée virtuel, était aussi une véritable mine d’or sur l’histoire de l’humour, vidéos et archives photographiques à l’appui.
Bref, un musée de l’Humour de la francophonie comme on rêverait d’en ériger un au pays de Rabelais, Molière, Allais, Cami, Desproges et tant et tant d’autres !
Un espace muséographique et scénographique entièrement lui aussi dédié à l’humour, comme je rêve, avec passion et persévérance depuis tant d’années d’en créer un en cette belle France qui a tant et tant besoin de se faire » harceler » par l’humour et en par son prestigieux patrimoine ; cet humour dont elle a tant besoin des bienfaits et valeurs en ces périodes si grises et si peu riantes !https://www.change.org/p/3701471/u/21748333?utm_medium=email&utm_source=petition_update&utm_campaign=165083&sfmc_tk=qfNSpSvC4oFfxY2NItSxO652r0cIfdl0gL3RfKncYD9o8jIyVTugkhoBHY%2BNv092&j=165083&sfmc_sub=145578821&l=32_HTML&u=30909402&mid=7259882&jb=1