Google et Youtube tentennt de «faire peur, d’intimider» les Canadiens, dit Rodriguez

OTTAWA — Le ministre du Patrimoine canadien, Pablo Rodriguez, a reproché jeudi à Google et Youtube de se comporter comme des intimidateurs alors qu’ils ont publié la veille un blogue pour s’en prendre au projet de loi visant à réglementer les géants du web.

«Je trouve ça particulier qu’une multinationale étrangère vienne ici essayer de faire peur, d’intimider à travers ses propos, les Canadiens», a-t-il lancé à son arrivée à la réunion du conseil des ministres, à Ottawa.

Le projet de loi C-11 vise à moderniser la Loi sur la radiodiffusion afin d’y intégrer des plateformes de diffusion par internet telles que Youtube et Spotify.

Questionné quant au risque de représailles, M. Rodriguez a estimé qu’il faut en «revenir» puisque le projet de loi C-11 fait appel au «gros bon sens».

«Ce projet de loi là, il est bien simple. Ce projet de loi, on demande aux « streamers », qu’on aime beaucoup, les Disney et autres, de contribuer à la culture canadienne, a-t-il résumé. Facke, les campagnes de peur, ça ne m’impressionne pas ben ben.»

Mercredi, le «chief product officer» de Youtube, Neal Mohan, a publié un blogue sur le site de Google Canada dans lequel il raconte que si le projet de loi est adopté il nuirait à la capacité de sa plateforme de fournir une expérience «personnalisée» dans laquelle les utilisateurs se voient proposer les vidéos que «vous voulez regarder» et qui «auront de la valeur pour vous».

«Dans sa forme actuelle, le projet de loi C-11 exigerait que Youtube manipule ces systèmes et affiche le contenu en fonction des priorités du CRTC, plutôt que des intérêts des utilisateurs canadiens», est-il écrit dans le plaidoyer intitulé «Canada: Préservez votre Youtube».

Autrement dit, soutient la plateforme, les internautes se verront proposer «du contenu qu’un organisme de réglementation du gouvernement canadien a classé par ordre de priorité, plutôt que du contenu qui les intéresse».

M. Mohan invite les lecteurs à signer une pétition électronique dans laquelle il est demandé aux sénateurs de respecter les «choix» des Canadiens et de laisser leurs «publications et flux tranquilles».

Lors d’un passage en comité parlementaire en juin, le ministre Rodriguez avait affirmé que son projet de loi générerait des retombées d’un milliard de dollars par année. Il a également longtemps démenti toute affirmation voulant que les utilisateurs de plateformes soient brimés dans leur partage de contenu.

Pablo Rodriguez a toujours maintenu que le projet de loi ne donnerait pas au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) le pouvoir de réglementer le contenu généré par les utilisateurs comme les «vidéos de chats».

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.