Greenpeace conclut un accord pour limiter l’expansion de la pêche à la morue

TORONTO – Greenpeace a annoncé mardi avoir conclu un accord avec deux importants groupes de pêcheurs et un grand nombre de distributeurs et d’entreprises de transformation de poissons pour empêcher la pêche à la morue dans une partie de l’océan Arctique. Cette zone n’a pas été source d’approvisionnement dernièrement.

Le regroupement danois Fiskebat, l’Association norvégienne de propriétaires d’embarcations de pêche et le groupe russe Karat ont convenu qu’ils ne pêcheraient pas la morue dans l’aire désignée par les Nations unies comme la zone de pêche 27. Celle-ci couvre une partie des océans Arctique et Atlantique, dans le nord de l’Europe. Elle était auparavant couverte de glace.

La méthode de chalutage par le fond pour la pêche à la morue peut causer des dommages environnementaux, a fait valoir Greenpeace, plus particulièrement dans des endroits non régis par une législation spécifique et où la protection de l’écosystème est laissée entre les mains de l’industrie. McDonald’s, la chaîne alimentaire britannique Tesco, le transformateur Esperson ainsi que plusieurs autres entreprises ont pris l’engagement de ne pas acheter de la morue provenant de la zone couverte par la nouvelle entente même si des compagnies n’y ayant pas souscrit décidaient d’investir les eaux potégées.

Le militant de Greenpeace Alex Speers-Roesch a dit que l’accord aurait aussi pour effet de presser le Canada et d’autres pays arctiques de protéger les zones à risques.