Grève de 630 travailleurs à la mine Raglan: une nouvelle offre est déposée

MONTRÉAL — Après plus de six semaines de grève à la mine Raglan, l’employeur vient de déposer une nouvelle offre, qu’il espère suffisante pour mettre fin au débrayage. Le syndicat l’étudie présentement avant de décider de la suite des choses.

Les 630 travailleurs, membres du syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, ont déclenché une grève générale illimitée, le 27 mai dernier, dans cette mine du Nunavik.

L’employeur affirme avoir bonifié, au cours des derniers jours, son offre qui avait été rejetée par les travailleurs le 5 mai. Il soutient que les conditions de travail proposées sont «parmi les meilleures de l’industrie minière» — ce que conteste le syndicat des Métallos.

Le vice-président de la mine, Pierre Barrette, dit espérer «que cette offre puisse mettre fin au conflit de travail le plus rapidement possible lorsqu’elle sera présentée aux travailleurs».

Le syndicat des Métallos a confirmé lundi la réception d’une nouvelle offre, mais ne pouvait dire si elle représentait véritablement une amélioration par rapport à l’offre qui avait été rejetée à 97,5 % par les travailleurs, en mai.

«Je ne peux vous le dire. On est en train de l’étudier. On regarde ça avec le comité», a indiqué Harold Arseneault, représentant syndical des Métallos pour la région Nord-Nord-Ouest.

Il rapporte que l’employeur a donné au syndicat jusqu’au 20 juillet pour faire connaître sa réponse.

Plusieurs points sont en litige: les salaires, les vacances, le recours à la sous-traitance, les pauses et les heures de repas.

M. Arseneault rapporte que les syndiqués «sont déterminés, très mobilisés» malgré les six semaines de grève.

L’employeur affirme que la grève «entraîne des conséquences économiques importantes pour les communautés du Nunavik et de l’Abitibi-Témiscamingue», puisque les activités «génèrent des retombées  économiques de 627 millions $ dans ces deux régions en moyenne chaque année».

Mine Raglan, une compagnie de Glencore, est le plus grand employeur du Nunavik.

Les travailleurs de la mine Raglan y extraient du minerai de nickel, ainsi que du cuivre et du cobalt.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.