Grève d’un jour mercredi dans des écoles ontariennes: une «quasi-certitude»

TORONTO — Une grève d’un jour des enseignants du secondaire de l’Ontario dans les écoles de dix conseils scolaires la province mercredi est une «quasi-certitude», a déclaré le plus grand syndicat d’enseignants, qui n’a plus de séance de négociation de contrat de prévue avec le gouvernement avant la nouvelle année.

Des écoles anglophones et francophones seraient touchées par cette journée de grève.

Le président de la Fédération des enseignantes et des enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (FEESO), Harvey Bischof, a déclaré mardi qu’un médiateur nommé par le gouvernement avait mis fin aux pourparlers après avoir déterminé que les deux parties étaient trop éloignées pour continuer.

Le gouvernement et le syndicat devaient négocier lundi et mardi, mais continuer les négociations serait plus frustrant que productif, a déclaré Harvey Bischof.

«Faire en sorte que les deux parties prennent un certain temps pour réfléchir à leurs positions et revenir à la table est une recommandation raisonnable du médiateur», a-t-il indiqué.

En l’absence de progrès à l’horizon, Harvey Bischof a précisé que la grève d’une journée prévue mercredi dans certaines commissions scolaires est une «quasi-certitude».

La grève d’un jour prévue est la troisième action du syndicat dans le but de faire monter la pression sur le gouvernement. La grève aurait lieu dans des conseils scolaires de presque toutes les régions de la province.

Les enseignants, mais aussi du personnel de soutien administratif, pédagogique et technique, sont sans contrat de travail depuis que leur dernier accord avec le gouvernement ait expiré fin août. Le gouvernement a signé des accords avec deux syndicats représentant les travailleurs de l’éducation, mais reste en désaccord avec un certain nombre d’autres grands syndicats d’enseignants.

Les enseignants s’opposent notamment au plan du gouvernement d’augmenter la taille des classes et s’oppose aussi à l’introduction de cours en ligne obligatoires.

Le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, a appelé le syndicat à annuler la grève et à présenter de nouvelles propositions à la table de négociation.

«Je suis frustré et déçu par les actions de la FEESO à la table des négociations», a-t-il déclaré dans un communiqué. «Ils se sont manifestés … sans nouvelles propositions, sans changement de position et sans idées sur la manière de faire avancer les négociations.»

Stephen Lecce est d’avis que le principal problème dans les pourparlers était la rémunération, le gouvernement ayant récemment adopté une loi visant à plafonner les augmentations de salaire annuelles pour tous les travailleurs du secteur public à un pour cent pendant trois ans. Le syndicat demande des augmentations basées sur l’inflation, qui s’élèveraient à environ 2%.

«Nous avons fait une offre raisonnable de compensation pour les deuxièmes éducateurs les mieux payés du pays, ainsi que d’autres améliorations à notre offre initiale à la FEESO», a-t-il déclaré.

Le Conseil scolaire Viamonde et le Conseil scolaire catholique MonAvenir, entre autres, ont publié mardi, sur les réseaux sociaux, des listes d’écoles francophones qui devraient être fermées mercredi.