Grogne sociale au Chili: le président Piñera fait d’autres concessions

SANTIAGO, Chili — Le gouvernement chilien a fait d’autres concessions jeudi pour tenter d’apaiser la colère populaire face à la hausse des prix qui a mené à des manifestations et des émeutes meurtrières.

Le président Sebastián Piñera a annoncé que la hausse prévue de 9,2 pour cent du prix de l’électricité serait suspendue jusqu’à la fin de l’année prochaine, au lendemain des grandes manifestations dans la capitale, Santiago.

M. Piñera a reconnu que les mesures visant à apaiser la colère de l’opinion publique ne «régleraient pas tous les problèmes», mais a estimé qu’elles constituaient «un soulagement important».

Au moins 18 personnes ont perdu la vie dans les violences qui ont commencé après l’annonce d’une augmentation de 4 centimes des tarifs du métro. Le gouvernement a justifié cette mesure par la hausse des prix du pétrole et l’affaiblissement du peso chilien.

Les revendications des manifestants se sont élargies pour inclure des demandes concernant l’éducation, les soins de santé et les salaires.

Plus tôt cette semaine, le gouvernement de M. Piñera a annoncé des hausses du salaire minimum et des pensions de l’État les plus basses. Il a également annulé l’augmentation des tarifs du métro, mais certains manifestants jugent c’est trop peu, trop tard.

Les ministres vont prendre contact avec différents secteurs de la société pour entendre «la voix et le message que les Chiliens nous ont envoyés ces derniers jours», a déclaré M. Piñera.

Les plus populaires