L’Occident est responsable de la guerre en Ukraine, selon Poutine

MOSCOU — Le président russe Vladimir Poutine a accusé mardi les pays occidentaux d’avoir déclenché et entretenu la guerre en Ukraine, refusant toute responsabilité de Moscou près d’un an après l’invasion de son voisin par le Kremlin, une attaque qui a fait des dizaines de milliers de morts.

Dans son discours sur l’état de la nation, longtemps retardé, M. Poutine a présenté son pays ― et l’Ukraine ― comme des victimes du double jeu de l’Occident et a déclaré que c’était la Russie, et non l’Ukraine, qui se battait pour son existence même.

«Nous ne combattons pas le peuple ukrainien», a déclaré M. Poutine dans un discours prononcé quelques jours avant le premier anniversaire de la guerre, vendredi. L’Ukraine «est devenue l’otage du régime de Kyiv et de ses maîtres occidentaux, qui ont effectivement occupé le pays.»

Ce discours reprend une litanie de griefs que le dirigeant russe a souvent invoqués pour justifier cette guerre largement condamnée, tout en promettant de ne pas relâcher ses efforts militaires dans les territoires ukrainiens qu’il a illégalement annexés, rejetant apparemment toute tentative de paix dans un conflit qui a ravivé les craintes d’une nouvelle guerre froide.

La Russie a envahi le pays le 24 février 2022 et s’est élancée vers Kyiv, espérant apparemment envahir rapidement la capitale. Mais la résistance acharnée des forces ukrainiennes ― soutenues par des armes occidentales ― a fait reculer les troupes de Moscou. Alors que l’Ukraine a récupéré de nombreuses zones initialement saisies par la Russie, les deux parties se sont enlisées dans des batailles à la chaîne dans d’autres zones.

La guerre a ravivé l’ancien clivage entre la Russie et l’Occident, revigoré l’alliance de l’OTAN et créé la plus grande menace pour le règne de M. Poutine, qui dure depuis plus de deux décennies. Le président américain Joe Biden, tout juste sorti d’une visite surprise à Kyiv, s’est rendu en Pologne mardi pour consolider l’unité de l’Occident et a prévu de prononcer son propre discours.

On s’attendait à ce que les observateurs scrutent le discours de M. Poutine à la recherche de tout signe indiquant la manière dont le dirigeant russe envisage le conflit, la direction qu’il pourrait prendre et la manière dont il pourrait se terminer. Alors que la Constitution prévoit que le président prononce un discours chaque année, M. Poutine n’en a jamais prononcé en 2022, alors que ses troupes ont pénétré en Ukraine et subi des revers répétés.

Une grande partie du discours a porté sur de vieux sujets, même si M. Poutine a fait monter d’un cran les tensions avec Washington en déclarant que Moscou allait suspendre sa participation au dernier pacte de contrôle des armes nucléaires conclu avec les États-Unis.

Le traité START limite le nombre d’ogives nucléaires à longue portée que les États-Unis peuvent déployer et l’utilisation de missiles pouvant transporter des armes atomiques.

Dans son discours, M. Poutine a proposé sa propre version de l’histoire récente, qui écarte les arguments du gouvernement ukrainien selon lesquels il avait besoin de l’aide de l’Occident pour contrecarrer une prise de pouvoir militaire russe.

«Les élites occidentales ne cherchent pas à dissimuler leurs objectifs, à savoir infliger une « défaite stratégique » à la Russie», a déclaré M. Poutine dans le discours diffusé par toutes les chaînes de télévision publiques. Elles ont l’intention de transformer le conflit local en une confrontation mondiale.»

Il a ajouté que la Russie était prête à répondre, car «il en va de l’existence de notre pays». Il a décrit à plusieurs reprises l’expansion de l’OTAN pour inclure des pays proches de la Russie comme une menace existentielle pour son pays.

M. Poutine a nié tout acte répréhensible, alors même que les forces du Kremlin en Ukraine frappent des cibles civiles, notamment des hôpitaux, et sont largement accusées de crimes de guerre. Sur le terrain en Ukraine, mardi, des batailles rangées et des tirs d’obus se sont poursuivis dans l’est et le sud du pays. Au moins six personnes ont été tuées et sept autres blessées au cours des dernières 24 heures, a indiqué le bureau présidentiel ukrainien dans la matinée.

«La vie des civils dans la région s’est transformée en enfer ― ils survivent sous le feu constant des Russes, sans eau ni électricité», a déclaré le gouverneur ukrainien de la région partiellement occupée de Donetsk, Pavlo Kyrylenko.

De nombreux observateurs avaient prédit que le discours de M. Poutine aborderait les différends entre Moscou et l’Occident ― et M. Poutine a commencé par des mots forts à l’égard des pays qui ont fourni à Kyiv un soutien militaire crucial.

«Ce sont eux qui ont commencé la guerre. Et nous utilisons la force pour y mettre fin», a accusé M. Poutine devant un parterre de législateurs, de fonctionnaires et de soldats qui ont combattu en Ukraine.

Il a également accusé l’Occident de s’en prendre à la culture, à la religion et aux valeurs russes parce qu’il est conscient qu’«il est impossible de vaincre la Russie sur le champ de bataille».

De même, il a déclaré que les sanctions occidentales n’auraient aucun effet, affirmant qu’elles n’avaient «rien obtenu et n’obtiendront rien».

Les analystes s’attendaient à ce que le discours de M. Poutine soit dur dans le sillage de la visite de M. Biden à Kyiv lundi.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.