Haïti: 400 détenus évadés et 25 morts selon les autorités

PORT-AU-PRINCE, Haïti — Les autorités haïtiennes ont annoncé vendredi que plus de 400 détenus ont pris la fuite et 25 personnes sont mortes dans une évasion, ce qui en fait la plus grande et la plus meurtrière du pays en une décennie. Le directeur de la prison et un puissant chef de gang figurent parmi les personnes tuées.

L’un des chefs de gang les plus puissants d’Haïti, Arnel Joseph, a été tué vendredi, un jour après son évasion et celle d’autres détenus.

Le porte-parole de la police, Gary Desrosiers, a déclaré à l’Associated Press qu’Arnel Joseph roulait à moto dans la commune de L’Estère, dans le département de l’Artibonite, lorsqu’il a été repéré par un poste de contrôle de la police. Le porte-parole a soutenu qu’Arnel Joseph avait sorti une arme et avait échangé des coups de feu avec la police. M. Desrosiers a déclaré que le conducteur non identifié de la moto avait été blessé mais s’était enfui.

Arnel Joseph est chef de gang de Village de Dieu, un bidonville du centre-ville de Port-au-Prince, et d’autres communautés, dont certaines dans l’Artibonite, plus grand département d’Haïti situé au nord de la capitale. Il était le fugitif le plus recherché d’Haïti jusqu’à son arrestation en 2019.

Certains soupçonnent que l’évasion de détenus visait à libérer Arnel Joseph, bien que les autorités n’aient pas fourni de détails sur l’organisation et les circonstances de l’évasion. Des résidents, qui ont refusé d’être identifiés parce qu’ils craignaient pour leur vie, ont déclaré à l’AP qu’ils avaient vu des hommes armés tirer sur des gardiens de prison jeudi avant que des détenus ne s’échappent de la prison civile de la Croix-des-Bouquets dans le nord-est de Port-au-Prince.

M. Desrosiers a affirmé qu’au moins 60 détenus avaient été rattrapés par les autorités.

La prison est connue pour une évasion en 2014 au cours de laquelle plus de 300 des 899 détenus qui y étaient détenus à l’époque se sont évadés.

Le président Jovenel Moïse a déclaré dans un message sur Twitter qu’il condamnait l’évasion et demandait aux gens de rester calmes. Il a ajouté que la Police nationale haïtienne «a pour instruction de prendre toutes les mesures nécessaires pour maîtriser la situation».

Par Evens Sanon – The Associated Press

Laisser un commentaire