Haïti: des violences éclatent à la veille des funérailles de Jovenel Moïse

QUARTIER-MORIN, Haïti — Des centaines de travailleurs ont fui mercredi des entreprises dans le nord d’Haïti après que des manifestations près de la ville natale du président assassiné Jovenel Moïse sont devenues violentes avant ses funérailles.

Des journalistes d’Associated Press ont observé le corps d’un homme qui, selon des témoins, a été abattu dans la communauté de Quartier-Morin, près de Trou-du-Nord, où Jovenel Moïse a grandi. Des barrages routiers ont été mis en place entre les deux communautés, empêchant temporairement les voitures d’entrer ou de sortir alors que deux panaches de fumée noire épaisse s’élevaient à proximité.

De nombreux travailleurs ont marché à la hâte l’un derrière l’autre le long de la route principale qui relie Quartier-Morin à Cap-Haïtien, la ville où les événements en l’honneur de Jovenel Moïse devaient commencer jeudi avant les funérailles de vendredi.

Des personnes en fuite ont déclaré avoir vu des pneus en feu et des hommes armés réclamant justice pour Jovenel Moïse. Une femme à bout de souffle a déclaré que des hommes armés lui ont dit : « Partez ! Partez! Partez!» alors que des employés vêtus d’uniformes de toutes les couleurs ont obéi et ont quitté la zone. Elle a refusé de donner son nom, disant qu’elle craignait pour sa vie.

Abnel Pierre, qui travaille au parc industriel de Caracol, a déclaré qu’il avait été obligé de marcher 45 minutes pour rentrer chez lui parce que le bus qui transportait les employés était coincé derrière des barrages. Il a refusé de commenter davantage alors qu’il se dirigeait rapidement vers sa maison alors que le ciel commençait à s’assombrir.

Il s’agissait des premières manifestations violentes depuis que Jovenel Moïse a été abattu à son domicile privé. Ils interviennent un jour après qu’Ariel Henry a prêté serment en tant que nouveau premier ministre du pays, s’engageant à former un gouvernement de consensus provisoire et à rétablir l’ordre et la sécurité.

Dans la capitale de Port-au-Prince, Martine Moïse, veuve du président assassiné, a fait sa première apparition publique depuis son retour surprise en Haïti samedi. Elle était en convalescence dans un hôpital de Miami après avoir été blessée lors de l’attaque du 7 juin au domicile privé du couple.

Elle portait une robe noire et un masque facial noir et son bras droit était dans une écharpe noire alors qu’elle rencontrait des responsables près du Musée national du Panthéon, où des cérémonies ont lieu pour commémorer son mari. La capitale est restée paisible contrairement au nord d’Haïti.

Les autorités ont déclaré qu’au moins 26 suspects ont été arrêtés dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat du président, dont 18 anciens soldats colombiens et trois policiers haïtiens. Au moins sept officiers de police de haut rang ont été placés en isolement, mais pas formellement arrêtés, a déclaré le chef de la police Léon Charles.

Mercredi, le gouvernement colombien a annoncé qu’il y aurait une mission consulaire en Haïti du 25 au 27 juillet pour aider les ex-soldats détenus et rapatrier les corps des trois autres tués par les autorités haïtiennes à la suite de l’assassinat.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.