Halifax songe à créer un «centre de dégrisement», alternative à la cellule au poste

HALIFAX — Plus de six ans après la mort d’un homme très ivre dans la cellule d’un poste de police de Halifax, le conseil municipal devait se prononcer mardi sur un projet pilote visant à créer un «centre de dégrisement» comme alternative.

Le projet pilote, proposé par des employés de la Ville, prévoit un centre de 30 lits, dont le coût annuel de 1,3 million $ serait partagé avec le gouvernement provincial.

Le centre serait principalement doté de personnel non médical, avec un certain soutien infirmier, et il y aurait au moins un employé pour dix usagers.

Des employés de la Ville avaient proposé l’idée l’année dernière dans un rapport qui rappelait le décès, le 15 juin 2016, de Corey Rogers, dans une cellule d’un poste de police de Halifax. M. Rogers avait été arrêté pour intoxication publique à l’extérieur d’un hôpital. 

L’homme avait été placé en cellule avec une cagoule sur la tête pour l’empêcher de cracher sur des policiers. Un médecin légiste a conclu qu’il était mort de suffocation après avoir vomi dans la cagoule.

Sa mère, Jeannette Rogers, a déclaré en entrevue mardi que son fils serait encore en vie s’il avait été emmené dans un centre de dégrisement plutôt qu’au poste.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.