«Harry Potter» est à la CAQ, lance un député péquiste à François Legault

SAINTE-CATHERINE, Qc — «Harry Potter est pas notre parti, il est dans le vôtre», a lancé dimanche le député péquiste et candidat dans Sanguinet, Alain Therrien, au chef caquiste François Legault, l’accusant ainsi d’être irréaliste dans ses engagements.

Les deux politiciens ont croisé le fer dans un bain de foule à Sainte-Catherine, en Montérégie, dans la circonscription de Sanguinet.

M. Legault reprochait à son adversaire péquiste d’être contre les baisses d’impôts et de taxes et c’est là que M. Therrien a lancé qu’il était impossible de baisser le fardeau fiscal de 1,4 milliard $, tout en promettant de conserver la même qualité de services.

«C’est une chimère», a conclu M. Therrien.

Au dernier jour de la campagne électorale, le chef caquiste François Legault fait campagne dans des circonscriptions du Parti québécois qu’il espère remporter en Montérégie.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Les commentaires sont fermés.

Et s’il n’était pas si bon le but?… 😉

Ainsi pourrait-on se retrouver avec un gouvernement sans assises ni présence aucunes sur «l’Ile»?

Il y a quelque chose — (ou qqn?) — qui ne ‘marche’ pas là-dedans.

Ne faut-il pas se demander en effet comment qqn ou ‘quelque chose’ à ce point incapable d’arriver, d’entrer ou vivre en Ville, pourra[it] gouverner sensément une contrée où cette Ville s’avère si incontournable eu égard à son dynamisme (inter)culturel, sa prépondérance en développement des technologies, ses savoirs multiples et ses ressources de toutes sortes, à commencer par celles humaines…?

Advenant l’avènement d’un gouvernement minoritaire, là, la présence d’autres influences requises pour adopter et actualiser les mesures les plus sensibles ou déterminantes, palliera[it] cet écueil — (pour employer un euphémisme) — d’absence totale de Métropolitains au gouvernement.

En le cas contraire, i.e. advenant un gouvernement majoritaire, on pourra[it] dire que… la séparation sera[it] déjà là.

Non celle du Canada sévissant de part et d’autre du Québec, mais celle du Québec de lui-même, en soi-même.

Enfin, quant à la Direction politique ou aux directions (directives) politiques émanant du Chef, on peut d’ores et déjà douter, éminemment, qu’elles en seront de ‘bonnes’. Si l’on en juge, d’une part, par la personnalité singulière du personnage, de ses dits et « move » les plus récents; et, d’autre part, par ses agissements plus lointains. Telle sa participation active à la «condamnation» unanime, à l’aveugle, par l’Assemblée nationale, il y a dix-huit-ans, d’un parfait innocent; sans connaissance de l’«acte d’accusation», sans pièce à conviction, sans vérification, sans raison ni justification ni comparution aucunes, sur la seule foi d’on-dits… Puis sans excuses ni rétractation/réparation ultérieures. Voilà qui «promet»! Voilà qui donne un aperçu de la personne assez trouble et veule, merci, qu’on aura comme PM. Pas des plus inspirantes ou encourageantes. Pas du type ‘modèle-exemplaire’ 🙁