Hausse marquée des passages irréguliers à la frontière américaine depuis le Canada

Un an après la mort, par grand froid, de quatre membres d’une famille indienne qui tentaient de se rendre aux États-Unis à pied depuis le Manitoba, l’agence américaine des frontières affirme que d’autres irréguliers n’ont pas été dissuadés de tenter le même périlleux voyage.

On l’a encore vu récemment au Québec: Fritznel Richard, originaire d’Haïti, a été retrouvé mort d’hypothermie, au début de janvier, près du chemin Roxham, à Saint-Bernard-de-Lacolle. La Sûreté du Québec a indiqué que M. Richard tentait de rejoindre, à pied, sa famille aux États-Unis.

L’Agence américaine des douanes et de la protection des frontières a enregistré au cours des derniers mois une augmentation draconienne du nombre de personnes qui tentent d’entrer illégalement aux États-Unis depuis le Canada par le Dakota du Nord, le Minnesota et le Wisconsin — au sud du Manitoba et de l’Ontario.

Ces États ont signalé environ 90 interpellations depuis octobre, a déclaré Kathryn Siemer, agente de patrouille par intérim responsable du poste de Pembina, au Dakota du Nord. Or, on avait signalé dans le même secteur environ 80 arrestations, mais sur une période d’un an, d’octobre 2021 à septembre 2022.

«Les chiffres augmentent assurément pour revenir à une situation de type prépandémique, a indiqué Mme Siemer. C’est un fait assez bien connu que les organisations ne se soucient pas des pertes de vie: elles se soucient des gens en tant que source de revenus.»

Les corps gelés de Jagdish Patel, 39 ans, sa femme Vaishaliben Patel, 37 ans, leur fille de 11 ans, Vihangi, et leur fils de trois ans, Dharmik, ont été retrouvés le 19 janvier 2022 près d’Emerson, au Manitoba, à quelques mètres de la frontière américaine.

Le père de M. Patel a déclaré à La Presse Canadienne que son fils avait occupé de nombreux emplois en Inde, mais aucun n’avait fonctionné.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) au Manitoba a renouvelé jeudi ses appels à la population pour obtenir des informations sur le bref séjour de cette famille indienne au Canada.

Températures glaciales

Les enquêteurs pensent qu’un réseau de passeurs est à l’origine, d’abord, du voyage de la famille vers le Canada depuis un village de l’État du Gujarat, dans l’ouest de l’Inde, puis de leur tentative pour passer aux États-Unis, en provenance du Manitoba. 

La famille a été déposée près de la frontière, par des températures glaciales, et a tenté de traverser la frontière à pied, au sein d’un groupe plus important, lorsque les Patel ont été séparés du reste du groupe.

Selon la GRC, les Patel étaient arrivés le 12 janvier 2022 à Toronto, où ils ont été pris en charge par une personne dans un véhicule privé. Pendant quatre jours, la famille s’est déplacée dans certaines parties du sud de l’Ontario, notamment à Mississauga et à Welland.

La GRC tente toujours de déterminer comment les Patel ont voyagé de l’Ontario vers le Manitoba.

«Il y a un an aujourd’hui, une tragédie insensée et évitable s’est produite. Cette tragédie a été facilitée par des individus qui n’avaient aucun respect pour la sécurité et le bien-être d’une jeune famille», a indiqué la caporale Julie Courchaine dans un communiqué.

Mme Siemer était l’agente frontalière américaine en charge le jour où la famille Patel a été retrouvée. «C’est toujours triste quand vous repensez à cet anniversaire (…) Vous pensez juste à ce qui aurait pu être fait pour empêcher quelque chose d’aussi tragique que cette famille qui meurt dans un blizzard», a-t-elle déclaré.

Les températures oscillaient autour de -35°C cette nuit-là dans les vastes plaines du Manitoba. Des agents de la patrouille frontalière ont arrêté une camionnette avec un chauffeur et deux ressortissants indiens juste au sud de la frontière, a déclaré Mme Siemer. Les agents ont ensuite repéré cinq autres Indiens qui marchaient dans la neige. Ces Indiens ont raconté aux policiers qu’ils avaient marché pendant plus de 11 heures dans le froid et que quatre autres personnes s’étaient séparées du groupe pendant la nuit.

Mme Siemer a déclaré qu’ils avaient alors commencé à se coordonner avec la GRC pour une opération de recherche et sauvetage. Les Patel ont été retrouvés environ trois heures plus tard, morts gelés.

Une femme du groupe initial a dû être transportée à l’hôpital, où une partie de sa main a été amputée à la suite d’engelures.

Retour à l’avant-pandémie

De telles situations renforcent le travail que Mme Siemer accomplit depuis 2007. «Oui, nous arrêtons les illégaux, mais nous sommes aussi une agence qui sauve des vies», a-t-elle soutenu. 

Les données en ligne de l’Agence américaine des douanes et de la protection des frontières signalent près de 2250 «rencontres» à la frontière terrestre du nord en 2022 – ce qui ressemble aux chiffres d’avant la pandémie de COVID-19.

L’assouplissement des restrictions de voyage pourrait expliquer la hausse en 2022, a déclaré Mme Siemer. Elle a ajouté que l’agence voit davantage de Mexicains tenter leur chance par la «route du nord» plutôt que par la frontière sud des États-Unis, beaucoup plus surveillée. 

Les chiffres de l’agence américaine montrent qu’il y a eu environ 1000 «interactions» avec des Mexicains à la frontière terrestre du nord l’année dernière.

L’agence a également constaté une augmentation du nombre d’«interactions» avec des familles entières qui tentaient de traverser, dépassant les niveaux d’avant la pandémie.

Les frontières terrestres du nord des États-Unis, dans les États de New York, de Washington et du Vermont, ont connu le plus grand nombre d’interactions l’année dernière, selon les données de l’agence américaine.

Dans le cas des Patel, Steve Shand, un résident de Floride, fait face à des accusations de trafic d’êtres humains. Selon des documents judiciaires, c’est lui qui conduisait la camionnette qui transportait des ressortissants indiens sans papiers. Son procès a été reporté à plusieurs reprises en raison de la COVID-19 et de catastrophes naturelles; il devrait maintenant avoir lieu en avril.

Deux hommes en Inde font aussi face à des accusations de trafic d’êtres humains relativement à la mort des Patel. La police indienne a déclaré au début de la semaine qu’elle enquêtait également sur d’autres suspects à Toronto et à Vancouver.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.