Haut-Karabakh: Ottawa suspend les licences d’exportation vers la Turquie

OTTAWA — Le Canada suspend ses exportations d’armes vers la Turquie, le temps d’enquêter sur les allégations selon lesquelles une technologie de capteurs pour les drones, mise au point par une société ontarienne, serait utilisée de manière inappropriée dans la reprise des combats entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie.

Le ministre canadien des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, qui avait ordonné une enquête la semaine dernière, a annoncé la décision d’Ottawa lundi. M. Champagne répondait aux défenseurs du contrôle des armements, aux Canadiens d’origine arménienne et aux néo-démocrates, qui demandaient à Ottawa de suspendre l’exportation d’un capteur fabriqué par une entreprise de Burlington, en Ontario, et qui serait monté à bord de drones d’attaque turcs.

La Turquie, un allié du Canada au sein de l’OTAN, fait face à des allégations selon lesquelles elle serait impliquée dans la reprise des combats entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan dans le Haut-Karabakh, une région du Caucase.

M. Champagne a indiqué lundi qu’Ottawa suspendait les permis d’exportation vers la Turquie «le temps de mieux évaluer la situation». Le Canada et la Grande-Bretagne ont appelé l’Azerbaïdjan et l’Arménie à régler leurs différends dans des négociations devant l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe.

«Le Canada demeure préoccupé par le conflit actuel au Haut-Karabakh, qui se traduit par des bombardements de collectivités et des pertes civiles, indique le ministre Champagne dans un communiqué. Nous demandons que des mesures soient prises immédiatement pour stabiliser la situation sur le terrain, et nous réitérons que rien ne peut remplacer une solution pacifique et négociée à ce conflit.»

Laisser un commentaire
Les plus populaires