Hécatombe dans les CHSLD: Legault refait son mea culpa

QUÉBEC — Un an après le début de la pandémie, l’heure est aux bilans et le premier ministre François Legault reconnaît que le Québec «aurait pu faire mieux» pour prévenir l’hécatombe survenue dans les CHSLD au printemps dernier.

Près de 5000 aînés résidant dans un Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) ont péri des suites du virus de la COVID-19, certains dans des conditions horribles, durant les premiers mois de la crise sanitaire, soit près de la moitié de l’ensemble des 10 493 décès survenus au Québec depuis le début de la pandémie.

Comme il l’avait déjà fait dans le passé, M. Legault a convenu, mardi, en conférence de presse, à l’Assemblée nationale, que les gouvernements, incluant le sien, n’avaient pas réagi assez rapidement pour prévenir et contrôler la pandémie.

Le Québec affiche, et de loin, la pire performance au Canada, avec environ la moitié des décès reliés à la COVID-19 à travers le pays, alors qu’il ne compte que 22 % de la population.

«Est-ce qu’on aurait pu faire mieux? Oui, on aurait pu faire mieux, entre autres bien sûr dans les CHSLD», a admis M. Legault, dans un énième mea culpa sur la part de responsabilité de son gouvernement dans la crise qui a secoué les résidences pour aînés, où combien de personnes âgées vulnérables ont été laissées à elles-mêmes, attendant la mort faute de soins.   

Pour atténuer sa responsabilité, il a quand même rappelé qu’il manquait jusqu’à 20 000 employés pour bien faire fonctionner le réseau des CHSLD quand la crise a débuté, ce qui a certainement contribué à aggraver la situation.

Il a aussi rappelé que son gouvernement s’était assuré de nommer un dirigeant imputable à la tête de chaque CHSLD, ce qui n’était pas le cas auparavant. 

Jeudi, devant l’Assemblée nationale, le gouvernement a mis à l’agenda une activité de commémoration visant à honorer la mémoire des disparus et souligner le travail accompli par le personnel de la santé. Une minute de silence nationale est prévue à 13 heures. 

Vendredi, la ministre Isabelle Charest doit rendre public le plan du gouvernement de reprise «graduelle» des activités sportives. 

Laisser un commentaire