Début d’un procès en Espagne pour un membre des Hells Angels

MADRID — Les procureurs réclament une sentence de 13 ans de prison pour un ancien leader des Hells Angels en Europe qui est accusé d’avoir géré un chapitre de la bande de motards qui aurait trempé dans la criminalité organisée sur l’île espagnole balnéaire de Majorque.

Frank Hanebuth, d’origine allemande, a comparu devant le tribunal aux côtés de 49 collaborateurs présumés, dont au moins 34 ont accepté un accord de plaidoyer leur permettant de payer des amendes au lieu de purger une peine. Hanebuth n’a pas cherché à conclure une telle entente.

Lors de la première audience, lundi, le tribunal a lu les accusations qui pèsent contre les 46 suspects qui étaient sur place et s’est assuré que chacun les comprenait. Un interprète a tout traduit pour les trois Allemands qui comparaissaient par visioconférence.

Hanebuth est notamment accusé d’avoir appartenu à une organisation criminelle, de blanchiment d’argent et de possession illégale d’armes à feu. Les procureurs demandent aussi une amende de 4,2 millions d’euros en lien avec l’accusation de blanchiment d’argent.

D’autres membres présumés du chapitre sont accusés de proxénétisme et de trafic de drogue. Ils sont passibles de 38 ans de prison.

Selon l’acte d’accusation déposé par les procureurs, les Hells Angels ont mené des activités illégales à Majorque entre 2009 et 2013, sous le leadership de Hanebuth. Ce dernier aurait admis des membres qui se seraient ensuite rendus coupables de gestes criminels comme l’extorsion, le proxénétisme, l’acquisition illégale d’armes à feu et des cambriolages dans des destinations touristiques populaires.

Ils auraient aussi été actifs dans l’immobilier à Majorque et sur l’île voisine d’Ibiza.

Un des complices d’Hanebuth a été épinglé par la police au volant d’une luxueuse voiture Bentley à environ 200 kilomètres/heure dans une zone où la limite était de 120 kilomètres/heure.

Les Hells Angels en Europe auraient choisi Majorque pour leurs activités illégales en raison de la forte présence de résidents étrangers et de l’existence d’autres stratagèmes de blanchiment d’argent et de trafic de drogue sur l’île, indiquent les procureurs dans l’acte d’accusation.

Le chapitre de Majorque était fortement international, avec des recrues d’aussi loin que la République dominicaine et le Maroc, selon l’acte d’accusation.

L’un des accusés qui ont conclu un accord est Paul Witworth, un associé britannique de Hanebuth qui, selon les procureurs, a entretenu des liens avec la famille Adams, un gang britannique notoire également connu sous le nom de Clerkenwell Crime Syndicate.

Le procès devrait durer plusieurs semaines.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.