«Il est temps que les dirigeants de Hockey Canada partent», estime Justin Trudeau

OTTAWA — Alors que Canadian Tire s’ajoute à la liste croissante de commanditaires de haut niveau qui retirent leur soutien à Hockey Canada, Justin Trudeau estime que la direction de l’organisme national doit partir.

«C’est pas les seules personnes au Canada qu’on pourrait voir chapeauter une organisation comme Hockey Canada», a soutenu, exaspéré, le premier ministre jeudi matin lorsqu’on l’a interrogé sur ce dossier. «Un moment donné, les gens vont se réveiller. Je sais pas quoi d’autre qu’on peut dire sauf qu’on a perdu confiance en Hockey Canada, il est temps qu’ils partent!»

On apprenait jeudi matin que Canadian Tire et Telus rejoignaient la Banque Scotia, Tim Hortons et Chevrolet Canada, qui avaient déjà annoncé le retrait de leur soutien financier de commandite à Hockey Canada.

Ces annonces interviennent alors que la fédération nationale de hockey continue de défendre sa gestion du traitement des allégations d’agression sexuelle — la façon dont l’organisme national a verséde l’argent pour éviter les poursuites dans des affaires présumées d’agressions sexuelles en groupe qui auraient été commises par de jeunes joueurs.

«Les commanditaires vont fuir, les partenaires comme Hockey Québec vont fuir, le gouvernement (ne) leur donne plus de fonds, les parents commencent à s’inquiéter, à l’approche de la saison de hockey, qu’on va envoyer nos enfants chapeautés par une organisation qui n’est pas là pour protéger, qui utilise les fonds qu’on envoie à Hockey Canada à des fins pas correctes», a déploré le premier ministre Trudeau. 

«Ils peuvent bien continuer à résister, mais je sais qu’il y a bien des parents qui vont arrêter avant d’écrire un chèque pour envoyer leur enfant au hockey (…) Honnêtement, je suis vraiment perplexe que Hockey Canada ne comprend pas que leur jeu est fini. Il n’y a plus personne qui a confiance en Hockey Canada.»

Hockey Québec a affirmé cette semaine qu’elle ne faisait plus confiance à Hockey Canada et a décidé de ne plus transférer de fonds provenant des cotisations des joueurs à la fédération nationale.

La fédération de l’Ontario, la plus importante des 13 associations provinciales et territoriales au Canada, a également demandé une deuxième fois à Hockey Canada de ne pas percevoir les frais d’évaluation des participants de 3 $ auprès de ses membres pour la saison.

Jeudi, la fédération de la Nouvelle-Écosse a annoncé à son tour un gel du transfert des fonds à Hockey Canada, disant qu’elle avait «perdu confiance» en cette organisation. Cette décision a été prise à la suite d’une réunion d’urgence du conseil d’administration de la fédération provinciale, jeudi.

Le premier ministre la Nouvelle-Écosse, Tim Houston, a de plus fait savoir qu’il voulait voir d’importants changements chez Hockey Canada avant d’autoriser la tenue du championnat du monde de hockey junior de 2023, qui doit se tenir en décembre et janvier dans les villes de Halifax et de Moncton au Nouveau-Brunswick.

«Responsabilités non assurées»

Hockey Canada fait l’objet d’un examen minutieux depuis mai, lorsqu’on a appris que l’organisation avait réglé à l’amiable la poursuite d’une femme qui alléguait avoir été agressée sexuellement par huit joueurs de l’équipe nationale masculine junior de 2018, lors d’un gala de mérite sportif à London, en Ontario, cette année-là.

Hockey Canada a par la suite admis qu’elle avait puisé dans les frais d’adhésion au hockey mineur pour payer des «responsabilités non assurées», y compris les réclamations pour agressions sexuelles présumées.

Les pressions pour un changement à la direction de l’organisme sportif en difficulté se sont intensifiées lors des audiences parlementaires à Ottawa cette semaine. La ministre fédérale des Sports, Pascale St-Onge, a déclaré qu’il était temps de «faire le ménage».

Mais la présidente par intérim du conseil d’administration de Hockey Canada, Andrea Skinner, a réitéré qu’elle continuait de soutenir le PDG et la haute direction, insistant sur le fait qu’on pouvait changer une culture tout en maintenant une stabilité à la haute direction. 

Interrogée jeudi matin, la ministre St-Onge a estimé que pour sauver Hockey Canada, «la meilleure chose à faire, c’est de remplacer les dirigeants le plus rapidement possible, de travailler à reconstruire l’organisation avec une nouvelle culture, avec des nouvelles pratiques qui protègent les joueurs, qui protègent aussi les membres du public, et qui protègent les femmes.

«Je pense qu’il y a moyen de reconstruire en ayant de nouvelles personnes et en changeant la culture, mais ça doit être fait très rapidement, a-t-elle déclaré.

«Avec ses dirigeants qui n’ont pas le support ni des commanditaires, ni de leurs propres membres qui commencent à quitter le navire, certainement pas de la population canadienne, après tout ce qu’on entend, donc, j’espère qu’ils vont prendre la bonne décision avant que tout s’écroule, finalement, pour l’organisation.»  

Les commanditaires quittent le navire

Jeudi matin, la porte-parole de Canadian Tire, Jane Shaw, a indiqué que l’entreprise avait pris la décision de mettre fin à son partenariat avec Hockey Canada après mûre réflexion. Elle explique que l’organisme semble continuer à résister à des changements significatifs et que «nous ne pouvons plus avancer avec confiance ensemble».

Mme Shaw précise que Canadian Tire redirigera son soutien vers les organisations liées au hockey qui correspondent mieux aux valeurs de l’entreprise et qui se concentrent sur le sport inclusif et sécuritaire pour tous les Canadiens.

Telus a aussi annoncé jeudi qu’elle ne commanditerait aucune programmation masculine de Hockey Canada cette saison, dont le Championnat du monde junior masculin à Halifax et Moncton. Telus se dit «profondément découragée» par le manque d’action et d’engagement de Hockey Canada pour piloter un changement de culture nécessaire au sein de la direction. 

Tim Hortons avait tranché mercredi qu’elle ne commanditerait aucune programmation masculine de Hockey Canada cette saison, dont le Championnat du monde junior masculin.

La Banque Scotia a aussi décidé que sa pause de commandites de Hockey Canada, annoncée pour la première fois en juin, restera en vigueur pendant toute la saison 2022-2023.

Chevrolet Canada avait suspendu sa commandite en juin, et l’entreprise a confirmé jeudi que cette mesure était toujours en vigueur.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.