Hockey Québec désavoue Hockey Canada et retient des fonds qui lui sont destinés

MONTRÉAL — Hockey Québec a adopté une motion de désaveu envers Hockey Canada, en laquelle la fédération provinciale n’a plus confiance, et retiendra des fonds habituellement transférés à l’organisme national.

La motion, adoptée lors de la séance du conseil d’administration de Hockey Québec mardi soir, a d’abord été rapportée par La Presse.

Cette motion statue entre autres que la fédération provinciale n’a plus «confiance en la capacité de la Fédération d’agir efficacement pour changer la culture du hockey avec la structure en place» et que «toute somme provenant des cotisations de nos membres, outre les frais de la police d’assurances, devrait servir à l’amélioration des services et programmes pour ceux-ci».

C’est pour ces raisons que Hockey Québec a décidé de ne pas verser la somme de 3 $ par inscription habituellement remise à Hockey Canada. Cette somme sera plutôt conservée dans les coffres de l’organisme provincial. Hockey Québec compte également demander une reddition de comptes pour toute somme transférée à Hockey Canada.

La décision de Hockey Québec a fait réagir à Ottawa, où la ministre des Sports, Pascale St-Onge, a dit souhaiter que d’autres organismes membres de Hockey Canada emboîtent le pas.

«Je pense que le mouvement pour réformer Hockey Canada est engagé avec la décision de Hockey Québec prise (mercredi) matin, a-t-elle déclaré avant de se présenter au conseil des ministres. Le message qui a été envoyé aux dirigeants de Hockey Canada qui s’accrochent à leur poste est que Hockey Canada ne leur appartient pas, mais que ça appartient aussi à ses membres. Tout le monde est d’accord pour dire que ça prend un changement de culture du côté du hockey, particulièrement en ce qui a trait aux violences sexuelles.

«Mon message (mardi) était clair: puisque les dirigeants de Hockey Canada s’accrochent à leur poste, il faut que les membres votants prennent les décisions pour changer le leadership du côté de Hockey Canada.»

Des propos qui ont trouvé écho auprès du premier ministre.

«Je comprends entièrement le choix de Hockey Québec, qui a perdu confiance en Hockey Canada, comme les députés ici à Ottawa et les parents d’un bout à l’autre du pays, a déclaré Justin Trudeau. Je ne peux pas comprendre à quel point Hockey Canada refuse d’accepter la réalité. S’ils sont réellement préoccupés par les jeunes et le hockey au Canada, ils devraient comprendre que ça prend une transformation absolue.»

Le conseil d’administration d’Hockey Canada continue de défendre avec vigueur ses dirigeants, malgré la gestion faite par ceux-ci dans les scandales d’agressions sexuelles alléguées qui touchent l’organisme depuis l’été dernier.

«Notre conseil d’administration ne partage pas le point de vue que Hockey Canada devrait apporter davantage de changements à la direction à ce moment. Comme conseil d’administration, nous appuyons le p.-d.g. et les dirigeants», a dit Andrea Skinner, président intérimaire du conseil d’administration, en comité permanent de Patrimoine Canada mardi.

Par ailleurs, les dirigeants de Tim Hortons ont annoncé mercredi qu’ils ne commanditeront aucun programme masculin de Hockey Canada cette saison, y compris le prochain Championnat mondial junior qui sera présenté à Halifax et à Moncton pendant la période des Fêtes.

L’entreprise, qui avait d’abord suspendu sa commandite en juin, a précisé qu’elle continuera de financer les programmes nationaux de hockey féminin et de para-hockey, ainsi que ceux touchant les jeunes.

De son côté, la Fédération ontarienne de hockey (OHF), la plus importante des 13 fédérations provinciales et territoriales, a de nouveau fait parvenir une requête à Hockey Canada afin que l’organisme national ne récupère pas les 3 $ de frais d’inscription de ses membres pour la saison 2022-23, la portion que Hockey Québec a décidé de retenir.

Philip McKee, directeur général de l’OHF, a déclaré à La Presse Canadienne que sa fédération avait pour la première fois fait cette demande à l’ex-président du conseil de Hockey Canada Michael Brind’Amour, en juillet.

«Selon ce qu’on comprend, cette demande n’a jamais été acheminée aux membres du conseil d’administration avant son départ.»

Brind’Amour a démissionné de son poste le 6 août dernier.

Hockey Canada s’est une fois de plus retrouvée dans l’eau chaude lundi après que The Globe and Mail eut révélé que l’organisation détenait un second fonds pour régler des questions d’abus sexuels. Lorsque Mme Skinner s’est fait demander pourquoi Hockey Canada n’a pas évoqué ce fonds par le passé, elle a soutenu que ce n’est pas «un actif» de Hockey Canada et qu’il a été «fondamentalement mal décrit par les médias».

Hockey Québec a blâmé la fédération nationale au sujet de sa gestion de ces récents dossiers, qui touchent notamment des joueurs de l’équipe nationale junior de 2003 et de 2018.

«Je pense qu’on doit avoir des changements significatifs à la tête de Hockey Canada. De toute évidence, le chef de la direction doit partir, ainsi que d’autres membres de la direction, a pour sa part indiqué John Nater, vice-président conservateur du comité permanent de Patrimoine Canada. Ce qu’on a vu au cours des derniers mois, c’est un refus total d’apporter des changements et un refus total de faire ce qu’il faut pour retrouver la confiance des Canadiens en Hockey Canada.»

—- La résolution adoptée par Hockey Québec:

À la suite des dernières informations dévoilées ces derniers jours et mois concernant la situation avec Hockey Canada, très préoccupé, le conseil d’administration (CA) de Hockey Québec tient à informer ses membres des points sur lesquels le CA s’est entendu hier soir, le 4 octobre 2022.

1. Entendu que nous n’avons pas confiance en la capacité de la Fédération d’agir efficacement pour changer la culture du hockey avec la structure en place.

2. Entendu que nous considérons que toute somme provenant des cotisations de nos membres, outre les frais de la police d’assurances, devrait servir à l’amélioration des services et programmes pour ceux-ci.

3. Entendu que nous n’adhérons pas au plan d’action dans son ensemble – après avoir reçu la confirmation que ce plan a été conçu à l’interne et en collaboration avec la firme Navigator, nous sommes troublés qu’aucun expert ou organisme œuvrant en éducation, en sensibilisation et en prévention de la violence sexuelle, des abus, de l’intimidation et de la discrimination aient été consultés ou aient contribuer au contenu du plan.

4. Entendu que nous croyons qu’un comité aviseur externe formé de respect et d’intégrité d’experts ou de spécialistes œuvrant en éducation, en sensibilisation et en prévention de la violence sexuelle, des abus, de l’intimidation et de la discrimination aurait dû être mis en place dès cet été pour accompagner Hockey Canada dans sa démarche.

5. Entendu que nous attendons toujours la composition et le mandat du comité spécial pour l’implantation du plan.

6. Entendu que nous attendons avec grand intérêt le rapport du juge Cromwell sur la gouvernance de Hockey Canada en marge de la nomination des prochains candidats éligibles aux postes d’administrateurs lors de la prochaine élection du conseil.

Hockey Québec demeure engagé à offrir un environnement positif, sécuritaire et accessible, avec des programmes axés sur l’apprentissage et le plaisir pour toutes les joueuses et les joueurs de hockey du Québec. Nos actions sont guidées par les valeurs d’intégrité et de respect que nous chérissons et par la passion qui nous habitent.

Hockey Québec :

1. Demande à Hockey Canada de revoir sa prise de décision et de s’adjoindre d’un comité aviseur;

2. Met les fonds de cotisation de ses membres en fiducie et informera HC qu’elle suspendra le transfert du 3$ – somme outre les frais d’assurances; et demandera une reddition financière de l’utilisation de l’ensemble des sommes que Hockey Québec aura transféré à Hockey Canada;

3. Travaille afin d’identifier différentes options pour assurer nos membres en dehors du cadre d’assurances de Hockey Canada;

4. Collabore avec différents organismes dont Sport’Aide et le Groupe RESPECT pour le déploiement d’initiatives en matière de respect et d’intégrité dans le hockey au Québec;

5. Sensibilise ses régions et ses membres sur la Politique d’intégrité dans le sport du Québec et le mécanisme de l’Officier des plaintes disponible pour tous nos membres;

6. Procède à l’analyse de sa gouvernance et de sa structure organisationnelle avec BNP Performance Philanthropique.

Les journalistes de La Presse Canadienne Michel Saba et Émilie Bergeron, à Ottawa, ont contribué à cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.