Homard: des pêcheurs commerciaux veulent intervenir dans la poursuite autochtone

YARMOUTH, N.-É. — Un groupe représentant des pêcheurs commerciaux veut obtenir le statut d’intervenant dans la poursuite intentée par une communauté mi’kmaq pour contester les règles du gouvernement de la Nouvelle-Écosse sur l’achat et la vente de produits de la mer.

L’Alliance unifiée pour la conservation des pêches a expliqué lundi dans un communiqué que ses membres sont directement touchés par la poursuite intentée par la Première Nation de Sipekne’katik.

Les Mi’kmaq affirment que les règlements provinciaux limitant l’achat de produits de la pêche récoltés en dehors de la saison de pêche sous réglementation fédérale enfreignent leurs droits ancestraux issus de traités.

Les pêcheurs commerciaux soutiennent qu’ils veulent participer aux procédures judiciaires pour représenter la perspective et les intérêts de l’industrie de la pêche commerciale. L’Alliance croit que les pêcheurs autochtones et non autochtones peuvent travailler côte à côte dans le cadre d’un régime réglementaire unifié de conservation et de gestion des pêches.

La poursuite a été intentée contre le gouvernement provincial après des mois de tensions entre les Mi’kmaq et les pêcheurs commerciaux au sujet de la décision de la communauté autochtone de lancer en septembre dernier une pêche «autoréglementée», en dehors de la saison sous réglementation fédérale.

Dans l’«arrêt Marshall», la Cour suprême du Canada a confirmé il y a 21 ans le droit des communautés autochtones de l’est du pays de chasser et de pêcher pour «s’assurer une subsistance convenable».

___

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses de Facebook et de La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire