Hydrogène: qu’est-ce que c’est et quelle est l’opportunité pour le Canada ?

CALGARY — Le premier ministre Justin Trudeau et le chancelier allemand Olaf Scholz ont signé cette semaine un accord pour aider à lancer une chaîne d’approvisionnement transatlantique en hydrogène, les premières livraisons étant prévues d’ici 2025. Voici un aperçu de l’hydrogène et des opportunités qu’il pourrait offrir:

Qu’est-ce que l’hydrogène?

Premier élément du tableau périodique, l’hydrogène est l’élément le plus simple et le plus léger — environ 14 fois plus léger que l’air. L’hydrogène est abondant dans tout l’univers, mais sur Terre on le trouve rarement à l’état naturel, ce qui signifie qu’il doit être extrait d’autres sources (généralement de l’eau et du méthane).

À quoi sert-il?

L’hydrogène peut être utilisé comme carburant dans les véhicules électriques alimentés par pile à combustible, brûlé pour produire de la chaleur ou utilisé dans une gamme de procédés chimiques et industriels.

L’hydrogène est-il un carburant «propre»?

L’hydrogène est un carburant à combustion propre, ce qui signifie qu’il ne produit pas de gaz à effet de serre, de carbone noir, de particules ou d’ozone troposphérique au point d’utilisation. Lorsqu’il est utilisé dans une pile à combustible électrochimique, comme celle qui alimente les véhicules à hydrogène, il n’émet que de l’eau et de la chaleur.

L’empreinte carbone de la production d’hydrogène varie cependant considérablement. L’hydrogène peut être extrait de diverses sources, notamment l’eau et l’électricité, les combustibles fossiles, la biomasse et en tant que sous-produit de processus industriels. D’un point de vue environnemental, l’objectif est d’utiliser autant de sources renouvelables ou à zéro émission que possible dans la production d’hydrogène.

Le Canada a identifié le déploiement national de l’hydrogène comme un élément clé pour respecter ses engagements en matière de changement climatique. Il indique que dans le meilleur des cas, jusqu’à 30 % de l’énergie du Canada pourrait être fournie par l’hydrogène d’ici 2050, ce qui entraînerait une réduction de 190 millions de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre par année.

Quelle est l’opportunité économique?

Le Canada est déjà l’un des 10 principaux producteurs d’hydrogène au monde, avec environ trois millions de tonnes d’hydrogène produites par an (principalement par le secteur chimique, pétrolier et gazier à partir de combustibles fossiles).

Étant donné que la demande d’hydrogène augmente et que le marché mondial devrait atteindre plus de 2500 milliards $ d’ici 2050, plusieurs croient que le Canada pourrait devenir un fournisseur de premier plan. Le pays dispose déjà de riches réserves de matières premières, d’une main-d’œuvre qualifiée dans le secteur de l’énergie et d’un accès à des infrastructures stratégiques, notamment des pipelines et des ports en eau profonde.

Quels sont les défis ?

Bon nombre des facteurs qui limitent aujourd’hui l’utilisation de l’hydrogène sont d’ordre économique plutôt que technologique. Alors que la mise en œuvre de la norme fédérale sur les carburants propres contribuera à rendre l’hydrogène plus compétitif par rapport aux sources de carburant conventionnelles, les experts affirment que d’autres formes de soutien politique et fiscal seront nécessaires au cours des cinq à 10 prochaines années pour attirer les investissements et aider l’industrie à atteindre une certaine ampleur.

Si la production et la demande nationales augmentent au fil du temps, des infrastructures particulières telles que des pipelines d’hydrogène et des usines de liquéfaction seront également nécessaires. Le Canada aura pour défi de construire ces infrastructures de manière coordonnée et en temps opportun afin de s’assurer que de l’hydrogène propre et à faible coût puisse être livré aux marchés nationaux et internationaux.

Source: Ressources naturelles Canada

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.