Ian Lafrenière déteste l’ingérence politique, et éliminerait cette intrusion

MONTRÉAL — Le candidat caquiste dans Vachon, Ian Lafrenière, affirme que ce qu’il a détesté le plus dans son travail de policier, c’est «l’ingérence politique».

En entrevue au réseau TVA, l’ancien haut-gradé et porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal ajoute que la politique et la police «ne vont pas ensemble».

Ian Lafrenière affirme que s’il est élu, il va s’assurer de ne pas faire d’ingérence dans les affaires de la police.

Par ailleurs, si la CAQ prend le pouvoir le 1er octobre, elle réévaluera la nomination du grand patron de l’Unité permanente anticorruption Robert Lafrenière, de même que les dirigeants de la Sûreté du Québec et du SPVM. Ian Lafrenière déclare qu’il faut s’assurer que «les bonnes personnes sont aux bons postes».

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie