Il faudra recruter plus de femmes pour changer la culture de l’armée

OTTAWA — Les femmes devraient constituer 30 % des effectifs des Forces armées canadiennes si on veut y voir un véritable changement dans la culture militaire, croit le responsable des ressources humaines.

Selon le vice-amiral Haydn Edmundson, l’armée est déjà confrontée à un défi de taille en voulant atteindre un objectif de 25 % de femmes dans ses rangs d’ici 2026.

Le vice-amiral souligne que l’armée étudie différentes façons pour recruter plus de femmes — et surtout pour les garder. L’objectif de 25 % avait été établi en 2016 par le chef d’état-major de la défense, le général Jonathan Vance.

Mais M. Edmundson croit maintenant que cet objectif de 25 % constitue un minimum. Il faudrait selon lui dépasser cet objectif si on veut apporter un changement durable à la culture des Forces armées, axée historiquement sur les hommes.

Les officiers supérieurs ont souligné la nécessité de changer la culture des Forces au cours des dernières années en réponse aux inquiétudes au sujet des inconduites sexuelles systémiques. Il faudra aussi augmenter le recrutement et mieux mener les missions impliquant une interaction avec les populations locales.

Au début de 2016, 15 % des militaires étaient des femmes; les derniers chiffres fournis par le ministère de la Défense nationale indiquent que cette proportion est passée aujourd’hui à 15,9 % — trois ans plus tard.

Les plus populaires