Il n’y aura pas de barrages routiers pour les régions orange, tranche Guilbault

QUÉBEC — La ministre de la Sécurité publique dit compter sur «la bonne foi des Québécois» pour protéger les six régions qui passeront en zone orange dès le 8 février. 

Ces régions sont la Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine, le Bas-Saint-Laurent, l’Abitibi-Témiscamingue, le Saguenay—Lac-Saint-Jean, la Côte-Nord et le Nord-du-Québec.

Geneviève Guilbault a refusé mercredi d’ériger des barrages routiers pour contrôler les déplacements interrégionaux, à l’approche de la semaine de relâche.

«La Santé publique ne nous demande pas de faire des barrages policiers», a-t-elle résumé en point de presse à l’Assemblée nationale.

De plus, selon elle, les policiers sont déjà très sollicités pour faire appliquer d’autres mesures, incluant celles du couvre-feu et de la quarantaine.

«On a 15 000 policiers au Québec et on est 8 millions, c’est impensable que chaque personne soit surveillée 24/7», a déclaré la ministre.

Comme Trudeau

Cette réponse a fortement déplu aux partis d’opposition, qui ont tous réclamé mercredi un renforcement des contrôles aux frontières des régions.

Car quoi qu’en dise la ministre, «il va y avoir du déplacement sur le territoire de manière importante lors de la semaine de relâche», a insisté le porte-parole de Québec solidaire (QS), Gabriel Nadeau-Dubois.

«Comment on fait pour que ce déplacement-là ne fasse pas en sorte que le virus se répande partout au Québec?»

Il estime que le gouvernement Legault doit «refaire ses devoirs sur cette question», afin de mieux protéger les régions qui pourront par exemple rouvrir leurs restaurants. 

«M. Legault a été très prompt à critiquer sévèrement Justin Trudeau pour son incapacité à contrôler les frontières extérieures, souligne le député de Gouin. Là, la même question se pose à l’intérieur du Québec.»

Mercredi, le chef du Parti québécois (PQ), Paul St-Pierre Plamondon, a demandé à ce que la Sûreté du Québec (SQ) puisse remettre des constats d’infraction aux voyageurs interrégionaux. 

À l’approche du congé scolaire, il demande également à ce que le gouvernement interdise la location de chalets dans les zones orange pour les gens des zones rouges.

«Ça vaudrait la peine de préciser que (…) s’il y avait des fins finauds qui avaient la brillante idée de louer des chalets dans les zones orange, (…) il y aura une vigilance de la part de la SQ (…) de manière à ne pas répéter des erreurs qui ont été commises par le passé», a déclaré M. St-Pierre Plamondon.

Pour la cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ), Dominique Anglade, il est clair que le principe de précaution doit s’appliquer. «Il devrait y avoir des barrages routiers, des restrictions d’une zone à l’autre.»

Code de couleurs: nouveaux critères?

Autre source de mécontentement: la division du Québec en deux zones — la rouge et l’orange — «de façon arbitraire», selon le PQ.

Le porte-parole péquiste en santé, Joël Arseneau, a déploré mercredi que le gouvernement Legault ait modifié les règles de la zone orange, qui demeurent «extrêmement lourdes».  

«L’orange est le nouveau rouge, a-t-il lancé en point de presse. Ceux qui espéraient pouvoir retrouver la situation d’avant les Fêtes, bien, se retrouvent un peu floués et trahis.»

Après la période des questions, il a présenté une motion demandant au gouvernement de rendre public un tableau actualisé avec les critères associés à chacune des zones: rouge, orange, jaune et verte.

Le leader parlementaire adjoint du gouvernement, Éric Caire, s’est levé pour refuser la motion.

Incohérence scientifique

Le PQ a mis en garde le gouvernement contre une démobilisation des Québécois. Il l’a par ailleurs invité à faire preuve d’une plus grande «cohérence scientifique». 

«Essayez de comprendre pourquoi on favorise les musées par rapport aux centres de conditionnement physique, essayez de comprendre quoi que ce soit», a illustré M. St-Pierre Plamondon.

À compter du 8 février, partout au Québec, les commerces non essentiels pourront rouvrir leurs portes, incluant les centres commerciaux, de même que les salons de coiffure, les bibliothèques et les musées.

Les théâtres, restaurants, bars, gyms, cinémas et salles de spectacles demeureront fermés en zone rouge.

Laisser un commentaire